L’oeuvre cinématographique de Jacques Demy dessine un monde. Un monde de villes portuaires (Nantes, Nice, Cherbourg, Rochefort, Los Angeles, Marseille), traversé de chassés-croisés amoureux, où l’imaginaire a toujours raison de l’impossible. Dix-huit films que le cinéaste désirait tous "liés les uns aux autres".

Demy, cinéaste du croisement et de la rencontre

Mathieu Orléan
Mathieu Orléan © Radio France / Anne Audigier

Exposer le cinéma de Jacques Demy. Une drôle d’idée ou une évidence tant l’oeuvre invite à circuler entre chacun de ses titres, à les "visiter" un par un. Demy rêvait que tous ses longs métrages n’en forment qu’un seul au final, espace ouvert et fermé où ses personnages réapparaîtraient, se croiseraient et échangeraient sans cesse. Comment "mettre en espace" cette éternelle mise en scène de la rencontre ? Matthieu Orléan est collaborateur artistique à La Cinémathèque française, chargé des Expositions temporaires. Il a notamment été le commissaire de l’exposition Almodovar : Exhibition ! et Dennis Hopper et le Nouvel Hollywood. Il est commissaire de l’exposition "Le Monde enchanté de Jacques Demy".

C'est un Demy dessinateur (dès les années 40), photographe et de la peinture (dans les années 80), que l’exposition révèlera pour la première fois aux côtés de clichés inédits de sa compagne Agnès Varda, et d’oeuvres réalisées par ses plus proches collaborateurs. En particulier, les créations musicales de Michel Legrand (son "frère de cinéma") ainsi que les gouaches fauves du décorateur Bernard Evein.

Si cette exposition existe aujourd'hui, c'est parcqu'Agnès Varda a dit oui. Mais, une fois ce sésame délivré, elle a laissé ses enfants s'occuper de tout. Elle a donc découvert l'exposition il y a quelque jour et s'est déclarée surprise et fière. Un beau compliment pour Mathieu Orléan.

Harrison Ford photographié par Agnès Varda en 1968
Harrison Ford photographié par Agnès Varda en 1968 © radio-france

Demy, peintre et photographe

L'exposition est l'occasion de découvrir un aspect du talent de Jacques Demy que l'on connait moins, il peignait depuis l'enfance et s'était mis à la photographie dans les années 80, comme le raconte Agnès Varda"Quand j’étais photographe, Jacques ne posait pas de questions sur mes appareils et n’entrait pas dans mon labo, où je faisais et développais mes agrandissements en noir et blanc. Quand j’ai tourné Cléo, j’ai cessé d’être photographe, ou presque. Et voilà que Jacques, vers 1980, après avoir étudié des livres de mathématiques et de pilotage pour passer son brevet de pilote, s’est mis à lire des revues de photographie et à acheter des appareils et des objectifs. Il était passionné, essayait les objectifs puis allait les changer. Il faisait des photographies de différentes façons, les développait. Mathieu a été son modèle préféré. Il faisait aussi poser son frère Yvon, sa soeur Hélène et Rosalie. Il avait appris à tirer et avait son labo couleur. J’avais droit à ses essais de tirages avec des tranches traitées selon différents temps de pose."

Demy peintre
Demy peintre © Radio France / Anne Audigier
"Il voulait aussi réaliser un désir d’adolescent : peindre. Comme un jeune homme débutant, il prenait des cours à l’académie Poussin, allait copier des classiques au Louvre. Il peignait parfois d’après des photographies qu’il avait prises.Je m’étonnais qu’il n’ose pas se jeter dans l’acte de peindre. Il disait qu’il fallait commencer par le début. Il était fier d’apprendre la technique et de peindre calmement pendant des heures. Il savait qu’il faisait oeuvre de débutant. Il était modeste à ce sujet et pourtant conscient qu’il avait fait de très beaux films. Dans le doute de ses propres aspirations, il avait choisi autre chose que le cinéma qui ne le rendait plus heureux." ### En marge de l'exposition ### Le catalogue
Le  catalogue Demy
Le catalogue Demy © Radio France
Préfacé par Costa-Gavras et Serge Toubiana, le catalogue de l'exposition donne la parole aux actrices et acteurs fétiches de Jacques Demy, aux proches collaborateurs et autres essayistes pour dessiner un portrait original et intime du cinéaste : Agnès Varda, Catherine Deneuve, Michel Legrand, Jacques Perrin, Harrison Ford, Marc Michel, Donovan, Dominique Sanda...L’ouvrage offre également un synopsis inédit d’Anouchka rédigé par Jacques Demy et chaque exemplaire renferme un petit morceau de pellicule originale d’un film de Jacques Demy.Ce catalogue est une co-édition La Cinémathèque française, Ciné-Tamaris et Skira- Flammarion ### Le Hors série des Inrockuptibles
HS Inrock
HS Inrock © Radio France
Les Inrockuptibles vous invitent à entrer dans la danse à travers ses films, ses thèmes et des rencontres avec ses collaborateurs, témoins privilégiés d’un univers à nul autre pareil. Son raffinement plastique, son audace tonitruante, sa drôlerie qui fuse jusque dans les plus profonds chagrins n'ont jamais cessé de capter des générations nouvelles de cinéphiles. Et aujourd'hui, la magie reste intacte. Un hors-série en kiosque depuis le 12 avril.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.