Une jeune femme rencontre, en chair et en os, la femme qu’elle est devenue. Entre réalisme et fantastique, Sophie Fillières rend possible l'impossible et réinvente le triangle amoureux avec Sandrine Kiberlain, Agathe Bonitzer et Melvil Poupaud

Sandrine Kiberlain et Agathe Bonitzer
Sandrine Kiberlain et Agathe Bonitzer © Claire Nicol

Margaux, 20 ans, fait la connaissance de Margaux, 45 ans : tout les unit, il s’avère qu’elles ne forment qu’une seule et même personne, à deux âges différents de leur vie…

Il s'agit de retrouvailles pour Sophie Fillières et Sandrine Kiberlain. La seconde, alors actrice débutante, ayant tourné dans le court métrage de fin d'études de la première. 

"Une jeune femme fait la rencontre, en chair et en os, de la femme qu’elle est devenue. J’ai proposé ce bref résumé à Sandrine à qui ça a plu, et j’ai écrit ensuite en pensant à elle" explique la réalisatrice. "Une fois l’écriture terminée, j’étais suspendue à son retour. Je n’aurais pas fait ce film sans elle."

Pour interpréter la version jeune de son personnage, Sophie Fillières a choisi Agathe Bonitzer : "En plus d’être une comédienne que j’admire, c’est ma fille ! Mais elle possède aussi cette essence féminine, cette même rareté, cette luminosité, ce côté piquant, qui caractérisent tant Sandrine."

Le cinéma de Sophie Fillières est souvent qualifié de "décalé". Un décalage de ton qu'elle assume et qu'elle souhaité pousser un peu plus loin : "J’ai eu envie d’avancer d’un cran, de mélanger réalité et fantastique et aussi de retrouver une forme d’amusement au sens fort du terme. C’est un jeu, il y a quelque chose de ce qui nous vient de nos désirs enfantins de savoir qui on sera, qui on deviendra."

Agathe Bonitzer, Melvil Poupaud et Sandrine Kiberlain
Agathe Bonitzer, Melvil Poupaud et Sandrine Kiberlain / Christmas In July

La réalisatrice avait également envie de romance. Cette envie se matérialise dans le personnage de Marc (Melvil Poupaud). "Elles aiment forcément le même homme," s'amuse Sophie Fillières. "Il fallait un personnage masculin qui puisse s’interposer entre les deux Margaux et qui permette de souligner autant leurs différences que leurs similitudes. J’ai essayé de dessiner une figure masculine qui soit celle de l’homme idéal : il n’est pas exempt de défauts, mais Marc impose une force tranquille entre décontraction et élégance, détachement et implication. J’avais même eu le béguin pour lui, ce personnage, en écrivant le scénario !"

Agathe Bonitzer et Sandrine Kiberlain
Agathe Bonitzer et Sandrine Kiberlain / Christmas In July
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.