En studio, à "Esprit critique", à 9h 10, Louis Garrel, 24 ans, caché sous ses mèches noires et son paletot troué évoque "Philippe", celui qui l'a conçu et dirigé deux fois au cinéma. Garrel père sort "La frontière de l'aube" avec Garrel fils et Laura Smet. Le film raconte un amour tragique puis l'apparition d'un fantôme qui hante la vie de celui qui reste. On baille parfois mais pas souvent, car la photo exceptionnelle, le noir et blanc digne du temps du muet nous entraînent vers un conte fantastique et troublant qui ne s'oublie pas. En partant, Louis Garrel, sorti du lit pour l'émission, confie avec un beau sourire qu'il retourne se coucher! Il ne semble pas apercevoir la cohorte de filles venue l'écouter en cabine. Ses envies? Partir vite en Bretagne tourner le film de Christophe Honoré (leur 4è collaboration) et remonter sur scène, pourquoi pas dans "le prince de Hombourg" (comme Gérard Philipe), dirigé par Luc Bondy.

Avant de partir, il confie encore refuser les nombreuses pubs qu'on lui propose et évoque ses confrères comédiens. "J'aimerais revenir dans l'émission avec un acteur qui m'intéresse, Vincent Cassel. Ce serait possible ? "Evidemment, le rendez-vous est excitant. Reste à joindre Vincent Cassel et à trouver un peu de liberté dans l'agenda chargé des deux vedettes. Cassel? Extraordinaire dans "Mesrine", de Jean-François Richet dont la première partie sort fin octobre. L'acteur de 41 ans campe un gangster avec des variations si subtiles qu'on sort à la fois perplexe et dérangé : Mesrine était-il un monstre froid, un beauf ou un idéaliste hypersensible? Peut-être tout cela à la fois, et c'est ce "tout" que réussit le comédien. On a hâte d'entendre réunis au micro, un matin, ces deux hommes, ces deux fils.

Come Bardon
Come Bardon © Radio France
Come Bardon
Come Bardon © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.