Monia Chokri révélée par Xavier Dolan passe derrière la caméra avec son premier long métrage, une comédie déjantée…

La femme de mon frère
La femme de mon frère © Mémento films

Film d'ouverture du Certain Regard du 72e Festival de Cannes, La femme de mon frère porte un regard plein de finesse et d’humour sur la relation fusionnelle entre une sœur et son frère, trentenaires cultivés qui ne croient plus en grand-chose. Une comédie décalée à la dynamique particulière, rythmée par des dialogues rapides et des comédiens hors pairs !

Résumé

Montréal. Sophia, jeune et brillante diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Leur relation fusionnelle est mise à l’épreuve lorsque Karim, séducteur invétéré, tombe éperdument amoureux d’Eloïse, la gynécologue de Sophia…

Quelques mots de la réalisatrice Monia Chokri

J’ai une relation assez fusionnelle avec mon frère. Le jour où mon frère est tombé amoureux, j’ai senti qu’il fallait que je lui laisse de la place pour vivre ça, loin de moi. C’était étrange. Mais ce qui m’a le plus surpris, c’est que j’observais chez lui des comportements avec son amoureuse qu’il avait auparavant avec moi. C’était troublant, amusant. Ce sentiment très diffus m’est resté et j’ai commencé à écrire une histoire, à imaginer des personnages.

Je pense que Sophia et Karim (les deux personnages principaux) ne savent pas vraiment aimer et finissent petit à petit par apprendre l’un sans l’autre à être à deux. C’est aussi et surtout un film sur la famille. Je voulais faire un film d’amour, un vrai, sur la famille. Mais c’est aussi le portrait d’une jeune femme, d’un entre-deux.

La femme de mon frère
La femme de mon frère / Mémento films

Ce que j’aime faire, c’est écrire comme on est dans l’intimité. Quand on est seul avec soi, sans le regard des autres, on fait des choses pas belles, pas élégantes, pas toujours logiques. Quand on est seul, on est sans filtre. C’est pareil pour tout le monde. Pour moi, Sophia amène ça. Quand on la voit, on se dit qu’elle vit comme si le regard des autres n’existait pas. C’est très libérateur.

Pour Karim : Je voulais un acteur qui soit profondément, irrésistiblement séduisant. Un type qui attire tous les regards. Une sorte de magnétisme, le type bien dans ses baskets et qui le sait. Quand il rentre dans une pièce, tout le monde le regarde. Il est séduisant sans être jamais dans la séduction.

La femme de mon frère
La femme de mon frère / Mémento films

Pour raconter cette relation de fusion, il fallait que j’aie deux acteurs avec une forte personnalité. Pour qu’ils existent ensemble, mais aussi séparément. On a vraiment essayé à trois de chercher l’équilibre entre la bonne humeur et la tension. Il y a quelque chose entre Sophia et Karim d’électrique...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.