Le film fantastique et même érotique de Guillermo del Toro est désormais couronné de quatre Oscars, dont celui de meilleur film et meilleur réalisateur, ainsi que d'un Lion d'Or . Les critiques du "Masque et la Plume" sont loin d'être aussi emballés...

"La Forme de l'eau" de Guillermo Del Toro, sur les écrans français depuis le 21 février 2018
"La Forme de l'eau" de Guillermo Del Toro, sur les écrans français depuis le 21 février 2018 © Adam Dalton

En 1962, pendant la guerre froide, Elisa (Sally Hawkins) est une jeune femme muette qui vit avec un vieil artiste homosexuel et qui travaille comme agent d'entretien dans un laboratoire où un homme amphibien (Doug Jones) est prisonnier. La jeune femme va tomber amoureuse de lui et, avec l'aide d'un agent russe, décider de le libérer - sans mesurer combien le monde extérieur est dangereux pour lui.

Une version évidemment aquatique de la Belle & la Bête, et une apologie de la tolérance...

Eric Neuhoff : "un joli film mais un peu poisseux, sucré et pas très nouveau..."

Trop d'eau, trop de sucre, trop de gentillesse, trop de couleur... Et tout ça pour nous dire que les vieilles filles devraient s’acheter un poisson rouge... il n'y a pas besoin de 2h10 !

On a, par instants, l'impression de voir un décalque de Jeunet & Caro ou, dans les pires moments, du Luc Besson sous prozac... D'ailleurs, ce sont peut-être des hommages revendiqués, je n'en sais rien... Parce qu'il y a un autre chose qu'il a piqué : quand on est un homme, est-ce qu'il faut se laver avant de faire pipi ou pas ? C'était déjà dans Détective de Jean-Luc Godard (c'était d'ailleurs la seule chose intéressante du film). 

C'est un film qui est dans la nostalgie de la nostalgie. Avec cette lumière verdâtre (un peu lassante au bout d'un moment), les comédies musicales, les gros téléviseurs en noir et blanc, les tartes au citron qu'on peut pas finir et qu'on garde au frigo...

Sophie Avon : "un film d'une féerie merveilleuse"

C'est vraiment un film sur la vie intérieure de cette jeune femme. C'est une idée absolument merveilleuse que d'avoir pris un personnage et d'en avoir fait une muette alors qu'elle a tant de choses à exprimer, qu'elle ressent tellement de choses. Je trouve très beau, la façon dont Guillermo del Toro lui permet de s'épancher à travers son amour.

J'aime moins la partie sur l'espionnage, les années 1950, l'est/ouest mais ce n'est pas le propos du film... 

Sophie Avon : "Pour moi c'est plus Cocteau que Jeunet. Ce n'est pas l'univers féerique de Jeunet"
Sophie Avon : "Pour moi c'est plus Cocteau que Jeunet. Ce n'est pas l'univers féerique de Jeunet" / Adam Dalton

Charlotte Lipinska : "Visuellement c'est assez splendide"

Je trouve ça très bien. Je ne suis pas fan de Guillermo del Toro, ce n'est pas mon univers du tout mais là en effet, il y a tellement d'emprunts : Jeunet, l'ambiance gothique un peu rétro.

Visuellement j'ai trouvé ça assez splendide : chaque détail du décor, chaque plan est un régal pour l’œil.

Après il y a un telle candeur... que j'avoue que ce pamphlet de tolérance m'a laissé un peu de marbre. Je n'ai eu aucune émotion autre qu'esthétique

Charlotte Lipinska : "J'étais plongée dans une bande dessinée amphibie fantastique d'une richesse visuelle absolument inouïe."
Charlotte Lipinska : "J'étais plongée dans une bande dessinée amphibie fantastique d'une richesse visuelle absolument inouïe." / Adam Dalton

Pierre Murat : "tellement frais"

Je trouve ça très bien. Je ne suis pas fan de Guillermo Del Toro, ce n'est pas mon univers du tout mais là en effet, il y a tellement d'emprunts : Jeunet, la Belle & la bête, la bête du lac noir, les films d'espionnage des années 1950 avec des Russes qui parlent avec un accent épouvantable. C'est une telle réussite dans ce qu'il veut faire...

Ecoutez

Ecoutez toutes les critiques échangées autour de Jérôme Garcin sur La Forme de l'eau par Sophie Avon (Sud-Ouest), Charlotte Lipinska (Vanity Fair), Pierre Murat (Télérama), Eric Neuhoff (Le Figaro)

8 min

« La forme de l’eau », de Guillermo Del Toro

Par RF

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

France Inter est partenaire de ce film.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.