Allez, cédons à l’air du temps et zappons entre différentes informations du jour (une fois n’est pas coutume !).Aux petites heures du matin d'hier, les producteurs et les distributeurs (entre autres !) de "Entre les murs" (FI) et "Faubourg 36" ne devaient pas dormir, attendant les premiers chiffres de fréquentation qui allaient tomber sur leurs bureaux quelques heures plus tard. Ils ont fait l’effet d’une petite bombe : le film de Laurent Cantet est devant celui de Christophe Barratier ! A Paris, « Entre les murs » comptabilisait 3 020 spectateurs pour 28 salles et « Faubourg 36 » 1 991 pour 25 salles (source : la précieuse Newsletter du « Film français »). Evidemment, il ne s’agit que des premiers chiffres. A suivre.Stupeur et tremblement hier matin en découvrant la une du « Parisien » : on y annonce d’entrée de jeu que les avis du quotidien sont partagés sur "Faubourg 36". Chapeau, c’est courageux. On pouvait s’attendre à un discours monocolore et unilatéralement élogieux. Certains hebdos feraient bien d’en prendre de la graine, soit dit en passant. C’est « Gomorra » qui pourra, le cas échéant, représenter l’Italie aux Oscars. Le directeur général du Festival de Cannes, Thierry Fremeaux, peut se frotter les mains : après la Palme d’Or française, c’est un nouveau film de sa sélection 2008 qui est retenu pour l'Oscar du meilleur film étranger.Je viens de recevoir un livre d’une consœur qui se trouve également être une amie (ne cherchez pas l’erreur !). Il s’intitule « Le cinéma, des métiers, une passion" (éditions Milan), il est l’œuvre de Marilyne Letertre laquelle nous plonge avec habileté au cœur des rouages de la machine-cinéma, témoignages de pros prestigieux à l'appui. De deux choses l’une , soit j’en parle pour vous dire tout le bien que je pense de cet ouvrage aussi pratique que bien fait et vous m‘accusez de copinage éhonté. Soit, je le passe sous silence et c’est injuste de ne pas vous donner ce bon tuyau de cadeau pour cinéphiles en herbe notamment. J’ai choisi !Une (autre ) amie me dit que selon elle à Paris et a fortiori en province, il est beaucoup moins facile qu’avant de voir à tout instant de la journée dans des vraies salles de cinéma des films du patrimoine. Promis, je vais mener l’enquête, en souvenir des nombreuses heures passées dans les salles obscures du Quartier latin à sécher les cours d’Anglais et de Maths…La phrase du jour ? « Pour je ne sais quelle raison, les gens en France m’aiment plus qu’en Amérique. Les sous-titres doivent y être excellents. » Woody Allen

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.