L'équipe du Masque et la Plume, très divisée, passe au crible le dernier film de Steven Spielberg.

Le BGG de Steven Spielberg - extrait du film
Le BGG de Steven Spielberg - extrait du film © Constantin Film Verleih GmbH Stars Mark Rylance, Ruby Barnhill

Dimanche dernier, autour de Jérôme Garcin, les critiques Xavier Lerherpeur (7ème Obsession), Eric Neuhoff (Figaro), Jean-Marc Lalanne (Inrockuptibles) et Pierre Murat (Télérama) se sont penchés sur "Le BGG - Le bon gros Géant" de Spielberg.

On est assez loin d’E.T

Jérôme Garcin résume le film :

Ce film a été présenté en sélection officielle au festival de Cannes – hors-compétition heureusement – adapté du roman de Roald Dahl paru en 82. Sophie, une fillette qui vit dans un orphelinat, se fait enlever par un bon gros géant. Il l’emmène au pays des rêves où vivent de mauvais gros géants qui boivent le sang et mangent la chair fraîche des humains, alors que BGG préfère les "schnocombres" et la "frambouille".
Plus tard, Sophie et le BBG vont alerter la reine d’Angleterre de la menace que vont peser les méchants géants qui dévorent les enfants la nuit. On est assez loin d’E.T. On aurait préféré que Tim Burton s’y colle, lui qui avait très bien adapté de Roald Dahl « Charlie et la Chocolaterie 
».

Ô c’est simple, c’est très très mauvais.

Pierre Murat : "Ô c’est simple, c’est très très mauvais. C’est d’un ennui mortel, c’est d’une laideur que je ne pensais pas que Spielberg arriverait à aboutir à ce point.
Pour être tout à fait honnête, quand la reine d’Angleterre arrive avec ses petits chiens, il y a un petit quart d’heure assez cocasse. Un peu d’humour, le bon gros géant séduit tout le monde, il manque évidemment de tout casser à Buckingham. Mais pour arriver à la reine d’Angleterre il faut subir 1h15 de mièvrerie, de lourdeur… Certains réalisateurs, quand ils sont très fatigués ou fatigués, ils délèguent. Je pense qu’il n’était pas derrière la caméra, il a délégué, c’est pas possible."

C’est un autoportrait de son geste créateur que je trouve passionnant. 

Jean-Marc Lalanne : "Je trouve le film plutôt intéressant, et assez supérieur à "Charlie et la Chocolaterie" » que j’avais trouvé affreux. Sur le procès de la laideur, je ne suis pas d’accord. Je trouve qu’il y a des moments de mise en scène éblouissants. Notamment tout le moment où le géant doit disparaître dans le décor urbain, et où par un jeu de cape il se déguise en lampadaire, en arbre… c’est remarquablement découpé, remarquablement filmé et on voit que Spielberg est un très très grand metteur en scène, et je pense vraiment que c’est lui qui préside à ce découpage.
Ce qu’il fait de la 3D, tous les jeux de proportions, ça donne des effets en 3D. C’est très beau. Et la 3D est plutôt mieux utilisée que d’habitude.
C’est un film très personnel, qui s’empare de l’univers de Roald Dahl pour en faire autre chose. Ce chasseur de rêves d’enfant, c’est vraiment un autoportrait. C’est quelqu’un qui depuis le début de sa carrière court à attraper les rêves des enfants et à les mettre dans des petites boîtes de conserve. Avec toute la limite de ce geste-là. C’est quelqu’un qui congèle les rêves des autres. C’est un autoportrait de son geste créateur que je trouve passionnant."

►►► ALLER PLUS LOIN | (re)écouter l'intégralité du "Masque" cinéma du 7 août 2016, avec au programme : Le bon gros géant, Sieranevada , La chanson de l’éléphant, Guibord s’en va-t-en guerre, Genius, La couleur de la victoire et Déesses indiennes en colère.

"Le BBG. le bon gros géant" de Steven Spielberg (affiche)
"Le BBG. le bon gros géant" de Steven Spielberg (affiche)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.