Alfonso Reyes
Alfonso Reyes © Cargado por Cropbot

A France Inter, on attend chaque semaine les critiques de Laurent Delmas ou Christine Masson, ou celles émises dans le Masque et la Plume. Mais déjà au début du XXe siècle, le cinéma était critiqué de manière récurrente, et assidu.

L'écrivain mexicain, Alfonso Reyes, a fait oeuvre de critique dans sa rubrique hebdomadaire « Face à l’écran » du magazine España fondé par Ortega y Gasset.

Il est cité dans le livreNaissance d’un art qui montre comment les grands témoins de l'époque ont vu naître le cinéma et ce qu'ils en ont fait.

Ainsi, en 1915, le grand intellectuel du Mexique, écrit ceci que l'on peut dédier à Guillermo del Toro, membre du jury du Festival de Cannes , et mexicain comme lui :

…Il faut le dire une bonne fois pour toutes, nous avons davantage foi en l’avenir que dans le présent. Le cinéma, à nos yeux, a tous les défauts et les vertus d’une promesse. Entre-temps, de nouvelles inventions s’accumulent, formant un nuage de tempête. On découvre de nouveaux motifs humains. Les uns passeront au cinéma à travers la littérature écrite, et les autres tomberont directement dans son piège ou sa technique.

Alfonso Reyes , écrivain mexicain (1889-1959)

Cité dans Naissance d’un art 1895-1920 textes choisis par Daniel Banda et José Moure (Flammarion, 2008 – coll. Champs arts n°798)

__

Avec Colette Ducarre et la Bibliothèque de Radio France

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.