Le réalisateur Asghar Farhadi dresse un tableau contrasté et saisissant de la société iranienne et, plus précisément, de l’image et de la place de la femme.

Shahab Hosseini et Taraneh Alidoosti
Shahab Hosseini et Taraneh Alidoosti © Habib Majidi - SMPSP

Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d'importants travaux menaçant l'immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l’ancienne locataire, une prostituée, va bouleverser la vie du jeune couple.

L'immeuble vétuste, les souvenirs, l'enquête, tout concoure à décrire l'état de la société iranienne; Asghar Farhadi en dépeint l'hypocrisie, la violence, le jeu avec la censure, les ellipses qui en découlent... et force ainsi le trait de ses personnages en les mettant face à une seule alternative : celle du choix moral.

Le précédent film d'Asghar Farhadi, Le passé, avait été tourné en France, en Français. Pour ce nouvel opus, Asghar Farhadi a choisi de retourner à Téhéran : "Après avoir tourné Le passé en France, j’ai commencé à travailler sur une histoire qui se déroule en Espagne. Nous avons fait les repérages et j’ai écrit un scénario complet, non-dialogué. Nous avons discuté du projet avec les producteurs et les acteurs principaux. Mais pour réunir toute l’équipe, il fallait attendre presque un an. C’était l’occasion pour moi de faire un film en Iran, pour mon plus grand bonheur. Je n’étais pas à l’aise avec l’idée de tourner deux films successifs à l’étranger et de m’éloigner de l’exercice d’un tournage dans mon pays."

Sélectionné au dernier festival de Cannes, le film a obtenu le prix du scénario et le prix d'interprétation masculine pour Shahab Hosseini

Le Client d'A Farhadi
Le Client d'A Farhadi © Habib Majidi, SMPSP

►►► POUR ALLER + LOIN

Ecoutez Asghar Farhadi, invité de Laure Adler dans l'Heure Bleue
Ecoutez Eva Bettan parler du film dans Un jour dans le Monde

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.