Georges, 44 ans, et son blouson, 100% daim, ont un projet...

Le daim
Le daim © Atelier-de-Production

Avec Le daim, film d’ouverture de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2019, Quentin Dupieux se confronte à un personnage qui déraille, sans artifice, sans trucage. 

Quelques mots du réalisateur Quentin Dupieux

La folie de Georges s’inscrit dans une réalité. Dans mes précédents films, on était chez Zinzinland, tout pouvait arriver. Ici, le personnage est concret. Le monde qui l’entoure aussi. Vous pourriez croiser Georges dans la rue. Vous pourriez même être Georges. C’est ça qui fait peur. 

Je me suis vite rendu compte qu’en racontant l’obsession pure, en ne lui donnant aucune explication, aucune raison, ça devenait un miroir pour le spectateur. On ne quitte quasiment pas Georges du film. C’est un film sur la solitude, sur une forme de tristesse qui vire à la dinguerie.

Dans mes films précédents, il y a toujours eu quelque chose qui mettait l’horreur à distance. On peut se dire que ce sont des cauchemars avec leurs lots de violence absurde, que tout ça n’est pas vrai. Là, j’ai voulu avec Le Daim me rapprocher du fait-divers, en restant toujours du côté le plus concret de la folie.

Le daim
Le daim / Atelier-de-Production

Et de Jean Dujardin, acteur principal 

Il était hors de question de faire un numéro d’actor studio sur la folie. Je le comprends Georges. Il y a un truc en lui, une solitude, une envie de tout foutre en l’air qui me touche personnellement. Georges lâche tout. 

J’avais déjà joué un personnage borderline dans Le Convoyeur (Nicolas Boukhrief, 2003) mais rien de comparable avec ce que m’a proposé Quentin. J’avais très envie depuis longtemps d’explorer ce genre de territoire. La folie, l’obsession, ça m’a toujours beaucoup attiré. J’aime la façon dont le film glisse du polar social vers quelque chose de complètement gore et bizarre.

C’est le génie du montage de Quentin. Quand on tourne avec lui, on ne peut pas vraiment savoir ce que va donner le film. Toutes les scènes où je dialogue avec la veste, sur le tournage, on se disait « oui, c’est chouette, c’est marrant ». Mais monté par Quentin, ça devient inquiétant, drôle, tragique, étrange…

Le daim
Le daim / Atelier-de-Production

►►► Distribution

  • Un film de Quentin Dupieux
  • Avec Jean Dujardin et Adèle Haenel, Albert Delpy, Pierre Gommé, Laurent Nicolas, Coralie Russier, Marie Bunel
Le daim
Le daim / Atelier-de-Production
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.