un film d'Alix Delaporteavec Romain Paul, Clotilde Hesme et Grégory Gadebois

Quand Victor, 13 ans, pousse la porte de l’opéra de Montpellier, il ne connaît rien à la musique. Il ne connaît pas non plus son père venu diriger la 6ème symphonie de Mahler. Il l’observe de loin, découvre l’univers des répétitions...Le jour où Nadia, sa mère, lui annonce qu’ils doivent quitter leur maison sur la plage, Victor s’inquiète. Pour sa mère, dont il sent qu’elle lui cache quelque chose, mais aussi pour sa relation naissante avec Luna, la voisine espagnole.Victor décide alors de se montrer pour la première fois à son père...

Le choix des comédiens

Alix Delaporte reforme ici le couple d'Angèle et Tony, son précédent film. "Clotilde, c’était assez évident, explique-t-elle, même si je ne mets aucun visage sur un personnage quand j’écris. Mais c’est l’actrice qui me donne le plus envie de la filmer et qui me donne un spectre d’émotions très large. Elle ne filtre rien. Pour elle, jouer, c’est chercher. Entre nous maintenant, il y a beaucoup de confiance. C’est le troisième film que l’on fait ensemble. Quand j’ai rencontré Clotilde, elle sortait du conservatoire, depuis elle a eu un enfant, elle a joué plein de rôles, j’ai écrit plusieurs films. J’ai l’impression qu’on s’accompagne et que notre travail s’enrichit de toutes ces expériences communes. "

Pour Grégory Gadebois, ce ne fut pas aussi "évident". C'est la productrice du film, Hélène Cases qui la première évoque son nom, mais la réalisatrice le rejette. Puis, l'idée fait doucement son chemin."Après plusieurs versions de scénario, je commence à y réfléchir, se souvient-elle,ça bouscule l’idée que j’ai du chef d’orchestre, je ne sais pas ce que ça va donner, et c’est ça qui me plaît. Je vois bien ce que ça bouscule de les prendre tous les deux. Dans Angèle et Tony, ils formaient un couple ; ici, ils sont séparés. Ce que l’on a retenu d’eux d’Angèle et Tony va-t-il se faire sentir dans le film ? Sera-t-on frustré de ne pas les voir ensemble ? Ou cela nous évite-t-il d’avoir besoin d’en savoir plus pour imaginer ce qu’a été leur histoire ? Au spectateur de répondre. A l’arrivée, je pense que Clotilde est la meilleure actrice pour jouer Nadia, et Grégory le meilleur pour jouer Samuel. "

Romain Paul
Romain Paul © / JC Lother

Romain Paul, une révélation

Le jeune Romain a été choisi sur casting. "c’est son regard qui m’a arrêtée" explique Alix delaporte, "La sincérité de son regard, la profondeur aussi et en même temps, la place que ce regard laisse à notre interprétation "L'adolescent n'avait jamais jouer la comédie, ne connaissait rien au milieu du cinéma et la réalisatrice n'avait jamais dirigé d'adolescent. "Sur ce terrain, on était vierges tous les deux "Alix Delaporte l'a dirigé "comme une maman" ne cherchant pas à le faire jouer, mais s'appuyant sur des choses concrètes. "On a tourné presque dans l’ordre du récit, " raconte la réalisatrice. "Au début, Romain a abordé les scènes de façon très naturelle, sans se poser de question sur le jeu. Mais progressivement, en observant Clotilde et Grégory, il a compris que jouer, c’était aussi fabriquer. Ça a élargi son champ des possibles, ce qui a pu lui faire peur. Composer, pour lui, c’était aussi tricher. Le voilà entré dans le monde des adultes.... "

Un castin déjà récompensé

Prix Marcello-Mastroianni du jeune acteur au Festival de Venise pour Romain PaulPrix d'interprétation Au Festival de Marrakech pour Clotilde HesmePrix d'interprétation masculine au Festival de Saint Jean de Luz pour Grégory Gadebois

Pour l'anecdote

Alix Delaporte a choisi le titre Le Dernier coup de marteau en relation avec la 6ème symphonie de Gustav Mahler, qui se termine par trois coups de marteau. Cette symphonie est celle qui est jouée dans le film, par l'orchestre mené par le personnage interprété par Gregory Gadebois. Ces trois coups ont une raison, il s'agissait pour le compositeur de représenter les trois moments qui ont dévasté sa vie : la mort de sa fille, son éviction de l'opéra de Vienne et le moment où on lui a diagnostiqué une maladie au coeur.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.