Après deux films magnifiques, "La fiancée syrienne" et "Les Citronniers", l’Israélien Eran Riklis se lance dans le thriller avec "Le dossier Mona Lina".

"Le dossier Mona Lina" d'Eran Riklis , à voir dans les salles françaises depuis le 4 juillet 2018
"Le dossier Mona Lina" d'Eran Riklis , à voir dans les salles françaises depuis le 4 juillet 2018 © © Pyramide Distribution

Le film en quelques mots 

Dans ce nouveau film, Golshifteh Farahani a le visage recouvert de sparadrap et le crâne caché sous une bande Velpeau. L’actrice iranienne incarne ici Mona, une chrétienne libanaise que le Hezbollah soupçonne de travailler pour Israël. Elle est donc menacée et le Mossad s’empresse de lui faire quitter Beyrouth, où elle laisse un jeune fils et un compagnon dont on ne découvrira l’identité qu’à la fin et l’exfiltre en Allemagne. Grâce à la chirurgie esthétique, il la rend méconnaissable et la cloître dans un appartement, à Hambourg, sous la protection d’un agent israélien, Naomi (interprétée par Neta Riskin, remarquable). 

L'avis d'Eric Neuhoff : "lourdingue"

C'est quand même assez banal et attendu

C'est un peu un remake des Passagers de la nuit avec Bogart qui se faisait transformer le visage pour échapper à ses poursuivants... 

Et puis c'est quand même une drôle d'idée de choisir une fille qui sort des mains d'un chirurgien esthétique et qui est Golshifteh Farahani - qui, visiblement, n'est jamais passée sur le billard… Il y a suffisamment d'actrices qu'on pouvait prendre...

J'ai trouvé le huis clos très lourdingue, avec le téléphone qui sonne et personne au bout du fil dix fois. Et puis la caméra qui tourne autour des personnages, les flash-backs, les rêves... et des phrases comme "Dieu joue au poker avec les hommes mais il gagne toujours" - merci, hein.

L'avis de Sophie avon : "il y a quand même des vraies fautes de débutant"

Golshifteh Farahani parle un peu comme un oracle tout le temps, c'est un peu dommage...

Le film n'est pas mal mais il y a quand même des vraies fautes de débutant : je ne comprends que, lui qui a fait La Fiancée syrienne et Les Citronniers, qui étaient magnifiques, il arrive à faire un film assez captivant - mais ce n’est pas possible le bandage, on n'y croit pas une seconde : elle regarde son visage dans le miroir en disant "Je sais pas du tout quelle tête je vais avoir" alors qu'on la voit très très bien, elle a juste un petit sparadrap sur le nez, parce qu'en fait il n'y a que ça qui a changé !... Pour un film réaliste qui repose là dessus, ça ne marche pas.

Sophie Avon : "Neta Riskin est vraiment très très bien"
Sophie Avon : "Neta Riskin est vraiment très très bien" / © Pyramide Distribution

L'avis de Xavier Leherpeur : "c'est net, c'est alerte, sec, nerveux"

J'aime bien le film parce qu'il fait le choix d'un récit très sec, très mordant. Il n'y a pas de fioriture et il mène plutôt bien les différentes intrigues : celles du passé, du présent et éventuellement du futur... 

Je trouve un peu dommage et un peu appuyé que ces deux femmes se rencontrent une fois de plus sur le terrain de la maternité, comme si les femmes n'étaient définies que par cela, entre une qui voudrait avoir un enfant alors que son mari est mort et celle qui voudrait retrouver son fils qu'elle a dû abandonner... Les femmes ont quand même d'autres terrains d'existence !

Ceci mis à part, ça fonctionne, c'est net, c'est alerte, sec, nerveux.

Ecoutez

Ecoutez l'ensemble des critiques échangées sur le film autour de Jérôme Garcin sur le plateau du Masque et la Plume :

4 min

"Le dossier Mona Lina" d'Eran Riklis : les critiques du Masque et la Plume

Ici : Neta Riskin (à gauche) et Golshifteh Farahani (à droite). Jérôme Garcin : "Le thriller est un peu cousu de fil blanc mais ce film vaut surtout pour ce huis clos qui réunit deux jeunes femmes que tout oppose et que tout menace"
Ici : Neta Riskin (à gauche) et Golshifteh Farahani (à droite). Jérôme Garcin : "Le thriller est un peu cousu de fil blanc mais ce film vaut surtout pour ce huis clos qui réunit deux jeunes femmes que tout oppose et que tout menace" / © Pyramide Distribution

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.