les toiles enchantées
les toiles enchantées © Radio France

Depuis sept ans, l’association « Les Toiles Enchantées » vient à Cannes pour projeter un film du Festival aux enfants malades ou handicapés des hôpitaux de la région. Cette semaine, ils ont le droit à une avant-première mondiale puisque les Studios Disney ont accepté de prêter une copie du dernier dessin animé,Vice Versa.

Ils sont une trentaine de bambins dans l’auditorium de l’Hôpital Lenval de Nice, transformé en salle de cinéma par les projectionnistes de « Les Toiles Enchantées ». Ils ont six, sept, huit ou neuf ans, majoritairement soignés au service de pédopsychiatrie, certains pour des maladies graves. Mais de ces maladies, ils ne parlent pas aujourd’hui, car c’est le jour du cinéma. « C’est trop cool ! Avant, je regardais pas de films » , sourit Taylor, qui attend impatiemment le début du dernier Disney.

Le temps de plonger la salle dans le noir, de lancer la pellicule et c’est parti pour une heure et demie de folie avec les nouveaux héros de Disney.

Etoiles enchantées
Etoiles enchantées © Radio France

Entourés de leurs infirmières, éducatrices ou parents, les petits malades de l’Hôpital Lenval sont béats. « L’effet est encore plus fort car c’est l’oubli pendant une heure et demie de leur maladies, de leurs traitements… Les visages sont lumineux, les yeux qui brillent, donc le pari est réussi » , explique Gisèle Tsobanian, fondatrice de l’association « Les Toiles Enchantées »

Un succès qu’elle doit aussi au soutien et à la confiance de Pixar et de Disney, qui ont accepté d’offrir à l’association une copie exclusive de Vice Versa , pour que la première projection publique dans le monde soit réservée aux enfants malades. « J’aime pas ma maladie » , explique Taylor après le film, qui s’apprête à remonter dans sa chambre avec des souvenirs plein la tête : « En plus ils restent longtemps dans ma tête, je fais plein de rêves après et je suis dans le dessin animé » .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.