Le festival de Cannes, c'est une formidable façon de voyager à travers le monde. D'avoir des nouvelles du monde. D'avoir des nouvelles de pays qui, par leurs films, nous donnent à voir des auteurs, des histoires, des climats... Au fond, c'est une belle façon de découvrir des horizons nouveaux.

Extraits des affiches de "Burning", "Dogman" et "Heureux comme Lazzaro"
Extraits des affiches de "Burning", "Dogman" et "Heureux comme Lazzaro"

Le festival de Cannes, c'est une formidable façon de voyager à travers le monde. D'avoir des nouvelles du monde. D'avoir des nouvelles de pays qui, par leurs films, nous donnent à voir des auteurs, des histoires, des climats... Au fond, c'est une belle façon de découvrir des horizons nouveaux.

3 min

Le festival de Cannes : une belle façon de regarder le monde

Par Laurent Delmas

Parmi les belles révélations du cinéma étranger :

Burning de Lee Chang-Dong, adapté d'un roman de Murakami. Une fois de plus, il prouve la profondeur du talent du cinéaste, qui a une véritable capacité à raconter une / des histoire(s), à camper des personnages et à créer, surtout, des atmosphères incroyables.

Deux films italiens : Heureux comme Lazzaro d'Alice Rohrwacher et Dogman de Matteo Garrone. Chacun fait le portrait d'un innocent sublime qui aura un parcours presque christique. Les avis seront certainement tranchés : on aimera soit Rohrwacher, soit Garrone... tant ils sont radicalement différents dans leurs façons de dépeindre des antihéros parfaits.

On verra comment le jury partagera ces films dans le Palmarès samedi soir !

Ecoutez la webradio du cinéma

Podcast

Abonnez-vous au fil de podcast "Spécial Cannes", via le lien RSS ou sur Itunes

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.