Une exposition réalisée par l’association Les amis du Louxor et l'architecte Philippe Pumain à la mairie du Xe arrondissement présente, jusqu’au 25 mai, l’histoire du bâtiment

Affiche Louxor
Affiche Louxor © Radio France
**(sa construction, la transformation en boîte de nuit etc.) et les travaux de rénovation réalisés** . Entre autres sujets, l'exposition s’intéresse à la programmation du cinéma. Annie Musitelli, une des organisatrices, a fouillé dans les archives du Centre National du Cinéma, et de la revue professionnelle _Le film_ . Elle nous présente deux moments particuliers de l'histoire du Louxor. Pendant **l'occupation allemande,** différentes mesures (interdiction de projeter des films anglo-saxons, limitation de la durée des séances...) prises par le régime de Vichy ont des conséquences sur la programmation :
Autre moment important pour l'établissement, **les années 60** , quand la diffusion de films classiques bascule vers les westerns spaghettis et les péplums :
### **Un cinéma lié au quartier Barbès et à l’histoire de Paris :**
Le Louxor
Le Louxor © collection privée - amis du Louxor
Antoine De Baecque est historien, ex-critique de cinéma à Libération et aux Cahiers du Cinéma. Il enseigne au département des Études cinématographiques du département Arts du spectacle à l’Université Paris Ouest Nanterre La défense. Pour lui, le cinéma le Louxor **est assez emblématique de l’histoire des cinémas en France et en particulier à Paris** . Il distingue trois moments : **L’âge d’or des grandes salles de la capitale :** Le premier temps : c’est la construction du cinéma, en même temps que les débuts du cinéma, un spectacle alors très populaire. L’édification en style néo-égyptien est liée à la sortie d’une série de péplums dont **Cléopâtre, avec Théda Bar** a qui est l’une des premières vamps du cinéma…
**Les années 60, les débuts de la crise du cinéma :**
Mosaique extérieure au dessus de la terrasse du Louxor
Mosaique extérieure au dessus de la terrasse du Louxor © Radio France / Anne Douhaire
Deuxième moment de l’histoire entrecroisée de Paris et du cinéma Le Louxor : les années 60’. C’est la crise de la fréquentation des films en particuliers français ou américains.**Les grosses salles peinent plus que les autres. Elles sont transformées en garage, parking, ou en magasin** . La programmation change, et se fait vraiment populaire : beaucoup de film égyptiens, indiens, ou de kunf-fu. Antoine De Baecque, grand cinéphile, nous raconte ses souvenirs de films de Kung-fu vus dans une ambiance surchauffée, où **les ouvriers immigrés du quartier s’identifient au petit Bruce Lee qui combat l’Américain Chuck Norris.**
**En 2013, la réouverture :** Les années 2010 : la boboïsation des quartiers populaires avec des désirs culturels plus pointus : le nouveau Louxor participe de cette évolution :
### Et aussi : **Jean Segura** était l'invité d' Alexandre Heraud dans Ouvert la nuit le 23 avril**.** Il est le coordinateur de**l’exposition « Nos Cinémas de quartier »** organisée par la Mairie du 18e arrondissement et l’association Paris-Louxor vivre ensemble le cinéma**:**
Et [le 15 mai, Jean Lebrun consacrait une édition de La marche de l'histoire aux salles de cinémas ](http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-l-histoire-les-salles-de-cinemas)
Cinémas de Quartier
Cinémas de Quartier © radio-france
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.