Un film sur la famille sans angélisme, sans mièvrerie, sans bon sentiment... Découvrez la merveille du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda : “Une Affaire de famille”. Un immense cinéaste pour les critiques ciné du "Masque & la Plume", qui manie l'art du cadrage, de la musique et des lumières…

"Une Affaire de famille", Palme d'Or du festival de Cannes 2018, du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda (sortie le 12 décembre 2018)
"Une Affaire de famille", Palme d'Or du festival de Cannes 2018, du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda (sortie le 12 décembre 2018) © FUJI_TELEVISION_NETWORKGAGA_CORPORATIONAOI_Pro._Inc._All_rights_reserved

Le résumé du film de Hirokazu Kore-eda, par Jérôme Garcin

Palme d’Or et film Inter : Une Affaire de famille, du Japonais Hirokazu Kore-Eda, avec Lily Franky, Sakura Andô, May Matsuoka. 

Les Shibata, une famille pauvre et asociale qui vit de petits larcins et s’entasse dans un espace réduit, recueillent dans la rue une petite fille de quatre ans, une enfant battue, qui ressemble à un oisillon tombé du nid et qu’ils ramènent chez eux. Chez eux, il y a donc le père voleur à la tire, la mère qui bosse à l’usine, un fils de 12 ans, une sœur aînée qui travaille dans un peep-show, une grand-mère bougonne qui touche une petite retraite. Une famille plutôt sympathique et joyeuse, pour un film tendre, dont on ne révélera pas la seconde partie, où rien n’est si simple... 

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du “Masque et la Plume” :

7 min

« Une Affaire de famille » de Hirokazu Kore-eda - les critiques du Masque et la Plume

La deuxième partie renverse le film et lui donne une force incroyable, selon Sophie Avon

SA : C’est une belle Palme ! Ce qui est drôle c’est que selon Kore-eda, c’est le mot « colère » qui est à l’origine de ce film, alors que pour moi s'il y a bien un mot qui ne me vient pas en tête quand je vois ce film c’est « colère ».

Dans la deuxième partie, il y a certes, quelque chose d’une révolte sourde qui court et qui est très belle, mais elle est précédée d'une première partie qui est un véritable hymne au bonheur.

Une famille faîte de bric et de broc et qui construit de manière très innocente, sans s’en rendre compte, ce point merveilleux qu'est la félicitée et la construction de cette famille.

C’est d’une beauté extraordinaire qui frise l’angélisme - toutefois il n'y a jamais d'angélisme chez Kore-eda car ses personnages sont extrêmement vrais, ils sont vivants, ils ne sont pas réduits à la pauvreté, à leur statut social, à leur qualité… 

Mais la deuxième partie, sans en parler, renverse le film et lui donne une force incroyable. C’est intéressant car tout à coup les personnages, de par la situation, sont obligés de théoriser sur la fiction qu’ils ont vécue, et ils commentent eux-mêmes ce qu’ils ont fait, ce qu’ils ont été, et c’est très intéressant. 

"Une Affaire de famille", du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, Palme d'or du festival de Cannes 2018 (sortie le 12 décembre 2018)
"Une Affaire de famille", du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, Palme d'or du festival de Cannes 2018 (sortie le 12 décembre 2018) / Le Pacte

Kore-eda est un cinéaste immense et bouleversant, pour Xavier Leherpeur

XL : C’est une merveille, comme tout le cinéma de Kore-eda que j’aime depuis ses débuts et qui semble toujours creuser la thématique de la famille.

C’est un immense cinéaste car on a l’impression que son cinéma est très simple, que tout le monde pourrait le répliquer, et en fait quand on regarde la manière dont il construit un cadre avec plusieurs cadres à l’intérieur

Le bon sentiment est coupé par le montage : là où on pourrait tomber dans la mièvrerie, le bon sentiment est coupé, sans cynisme, avec une vraie lucidité. Et les personnages continuent à exister dans le hors-champs. C’est un cinéaste bouleversant et très lucide.

Et ce film est universel même s’il est terriblement nippon, il nous dit des choses sur la famille qui nous déculpabilise.

"Une Affaire de famille", du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, Palme d'or du festival de Cannes 2018 (sortie le 12 décembre 2018)
"Une Affaire de famille", du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, Palme d'or du festival de Cannes 2018 (sortie le 12 décembre 2018) / WildBunch

Un film gracieux, élégant, et surbversif, selon Pour Charlotte Lipinska

CL : C’est un film qui est totalement habité par la grâce, mais une grâce discrète, il n’y a rien de tape à l’œil, rien d’ostentatoire, le film est traversé d’une grande douceur, il y a un concentré de ses thèmes obsessionnels de manière magistrale. Et je voudrais noter l’élégance formelle du film, il y a un travail sur la musique, sur la lumière, qui est extrêmement précis car on traverse plusieurs saisons.

Et sans révéler cette deuxième partie du film, il se révèle beaucoup plus subversif qu’il n’en avait l’air et cette chronique douce-amère, familiale du premier temps, se révèle du poil à gratter qu’on n’avait pas vu venir, avec une émotion qui nous submerge. C’est une Palme du cœur mais c’est aussi une Palme de la raison car c’est un très grand film.

"Une Affaire de famille", du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, Palme d'or du festival de Cannes 2018 (sortie le 12 décembre 2018).
"Une Affaire de famille", du cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, Palme d'or du festival de Cannes 2018 (sortie le 12 décembre 2018). / WildBunch

Pierre Murat a été frappé par la version subversive et alternative que le film donne de la famille !

PM : Du poil à gratter, il y en a toujours chez Kore-eda. Dans ce film, on voit que les liens de cette famille sont extrêmement troubles : leurs liens sont aussi fondés sur l’intérêt qu’ils ont de vivre ensemble. La tendresse les lie, mais aussi l’intérêt.

C'est une Palme tout à fait méritée mais il y a mieux.

Aller plus loin

🎧 L'interview du réalisateur Hirokazu Kore-eda dans Le Nouveau Rendez-Vous

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.