Saviez-vous que Madame Albanel, notre Ministre de la Culture, est également la chargée de communication d’un film qui a bien besoin de son aide pour se faire connaître : « Bienvenue chez les Ch’tis » ? C’est du moins ce que l’on peut légitimement conclure de sa récente déclaration, alors qu’elle remettait à Dany Boon les insignes d’officier dans l’ordre des Arts et des Lettres (cherchez l’erreur…) : « J’invite le public à se mobiliser pour dépasser le record ! ». Est-ce vraiment au Ministre de la Culture, en charge de l’intérêt général, de se transformer ainsi en petit propagandiste d’un film qui n’en demande pas tant ? Le dépassement du record d’entrées en France établi par « Titanic » est-il une grande cause nationale ? Et les autres films français du moment, qu’en pense notre Ministre ? Faut-il ou non aller les voir ? On attend avec impatience les prochaines directives gouvernementales en la matière. Un Président de la République qui rédige la future grille des programmes de la télévision publique. Une ministre de la Culture qui nous dit ce qu’il faut aller voir dans les salles de cinéma. Ce n’est ni Orwell, ni Kafka. C’est Ubu roi et reine. Une seule réplique s’impose alors dans un grand éclat de rire : « Merdre » !On apprend que, tenez-vous bien, Cécile de France va incarner à l’écran la Sœur Sourire, mémorable créatrice de « Dominique, nique, nique ». Le 1 er avril étant largement dépassé, il faudra bien se résigner à prendre au sérieux cette accablante nouvelle. La vague des biographies à l’écran (« biopic » en langue impériale et impérieuse) est en marche et rien ne l’arrêtera, hélas. Certes, ladite Sœur a fini par se suicider, après avoir rendu sa cornette et embrassé la cause homosexuelle. Ce petit tas de secrets nécessite-t-il un film ? Que va faire Cécile de France dans cette galère ? D’accord, halte aux procès d’intention. Mais, que va-t-il nous arriver prochainement ? Une bio de Chirac incarné par Kad Merad ? Une bio de Karen Cheryl jouée par Alice Taglioni ? Une bio de Michel Sardou incarné par Clovis Cornillac ? Et pourquoi pas une bio de « Carlita » jouée par Adriana Karembeu ? Cette mode est mortifère, anémiante et profondément stérile. Elle tend à transformer les salles de cinéma en autant d’annexes du Musée Grévin. Tristes cires !La phrase du jour ? « « Le Mépris » de Moravia est un vulgaire et joli roman de gare, plein de sentiments classiques et désuets, en dépit de la modernité des situations. Mais c’est avec ce genre de roman que l’on tourne souvent de beaux films. » Jean-Luc Godard

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.