Rémi Bezançon adapte le roman de Foenkinos, "Le Mystère Henri Pick" avec au casting Camille Cottin et Fabrice Luchini. Qu'en ont pensé les critiques du "Masque & la Plume" ?

"Le mystère Henri Pick" : le film de Rémy Bezançon, avec Fabrice Luchini et Camille Cottin, est dans les salles depuis le 6 mars 2019
"Le mystère Henri Pick" : le film de Rémy Bezançon, avec Fabrice Luchini et Camille Cottin, est dans les salles depuis le 6 mars 2019 © Roger Arpajou / Gaumont

Le film résumé par Jérôme Garcin

Ce film de Rémi Bezançon est une adaptation du roman de David Foenkinos.

L'histoire commence sur le plateau télé d’une émission littéraire. Son animateur est Fabrice Luchini, alias Jean-Michel Rouche. Ce soir-là, Rouche voit rouge. Il reçoit la veuve (jouée par Josiane Stoléru) de Henri Pick, un pizzaïolo breton qui a laissé, avant de mourir, un roman génial, que Grasset a publié avec succès. Rouche est convaincu que feu Henri Pick n’est pas l’auteur de ce livre. Pour l’avoir dit haut et fort, il est viré de la télé, quitté par sa femme. Mais il s’obstine et part enquêter à Crozon, où habitait Henri Pick, où vit sa fille, incarnée par Camille Cottin, et où se trouve une bibliothèque dévolue aux manuscrits refusés. C’est là qu’une jeune éditrice de chez Grasset (Alice Isaaz) aurait déniché le chef d’œuvre de M. Pick.  

Un film (un de plus après Doubles vies d’Assayas) sur le monde de l’édition et sa fabrique du succès, où Luchini tient à la fois de Maigret et de Pivot. 

Eric Neuhoff a trouvé le film tarte et Luchini très bien

EN : Je ne sais pas ce qu'il met dans sa pizza, le mec : des coquilles d’huîtres ou du poisson pas frais ? Parce que le film est vraiment tarte. C'est terrible. 

Les cinq premières minutes sont assez justes. L'émission de télévision, contrairement à ce qu'il se passe tout le temps au cinéma quand un metteur en scène reconstitue une émission de télévision ou des informations, cela sonne toujours faux alors que là il se passe quelque chose. Luchini jubile, le ton est juste. En revanche, il y a une deuxième émission quelques temps plus tard qui est complètement foireuse.

Le film tient grâce à Luchini, qui s'est fait la barbe de François Busnel et qui a toujours dans l’œil une espèce de malice… On sent qu'il est prêt à sourire, l'air de dire "Vous savez, moi au théâtre je joue Céline, Peggy, Cioran… Bon là, on m'a filé Foenkinos", on sent qu'il a envie de dire "mais je ne l'ai pas lu ein".

Le film est bien idiot, bien Oui-oui au pays de l'édition. C'est le mauvais cinéma français, paresseux et plat.

Xavier Leherpeur n'y voit aucun autre intérêt que de voir Luchini faire son Luchini

XL : J'aime plutôt bien le cinéma de Rémy Bezançon et je ne sais pas à quoi ressemblait le roman de Foenkinos… mais si au moins on avait eu, simplement, cet espèce d'Hercule Pivot qui mène l'enquête mais on a l'intrigue de la jeune fille qui a découvert le manuscrit et ce petit copain qui essaie de rencontrer Luchini pour avoir son avis sur son premier roman… 

Ça n'a aucun intérêt, on se perd dans les méandres d'une enquête dont on se fout au bout de dix minutes ! Mais qui l'a écrit ? Un pizzaïolo ? Un marin ? Un ordinateur ? Personne ? On s'en cogne ! 

Il n'y a aucun enjeu - à part voir Luchini faire son numéro, en poussant toujours un peu les comédiens en bord cadre "Vous êtes gentils mais le statut de vedette c'est moi qui l'ait". J'ai l'impression qu'il a bouffé Bezançon. Il bouffe Josiane Stoléru qui est une actrice formidable mais la scène ne fonctionne pas. Il phagocyte comme d'habitude, il pousse, il est tout seul… et il y a un moment où ce jeu en roue libre j'en ai un peu ras-le-bol.

Michel Ciment n'a pas tellement apprécié

MC : Je n'ai jamais été fou des intrigues genre "Agatha Christie", sauf quand c'est Pascal Thomas avec ce couple formidable, Catherine Frot et André Dussollier qui m'avait assez diverti (Mon p'tit doigt m'a dit, Le crime est notre affaire, Associés contre le crime). 

C'est vrai, le film repose entièrement sur Luchini, qui est tout à fait formidable. Mais au bout d'un certain temps… c'est tristounet comme cinéma. 

Sophie Avon a trouvé le film sans intérêt

SA : J'ai rien à dire sur ce film que je trouve parfaitement insignifiant. Sans intérêt. Il est fabriqué, artificiel. 

L'idée de départ est peut-être une idée charmante, cette idée d'un manuscrit abandonné qui, comme une princesse, attendrait d'être réveillé… c'est une jolie idée d'écrivain sauf que ça ne donne absolument rien dans le film, qui ne dit rien sur rien. Ni sur l'édition, ni sur la lecture, ni sur les pizzaïolos, ni sur la Bretagne.

Fabrice Luchini dans "Le mystère Henri Pick" de Rémy Bezançon
Fabrice Luchini dans "Le mystère Henri Pick" de Rémy Bezançon / Roger Arpajou / Gaumont

Aller plus loin

Le film de Rémi Bezançon est dans les salles depuis le 6 mars 2019.

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du Masque et la Plume... 

5 min

La critique de "Le Mystère Henri Pick" de Rémi Bezançon

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.