Un film de Steven Spielbergavec Tom Hanks, Mark Rylance, Amy Ryan, Scott Shepherd, Sebastian Koch

Steven Spielberg est de retour avec Tom Hanks pour le film "Le Pont des Espions" dont le scénario est cosigné par les Frères Coen, inspirée de l'histoire vraie de l'avocat James Donovan.

James Donovan, un avocat de Brooklyn se retrouve plongé au cœur de la guerre froide lorsque la CIA l’envoie accomplir une mission presque impossible : négocier la libération du pilote d’un avion espion américain U-2 qui a été capturé.

C’est une note de bas de page dans une biographie de John F. Kennedy, concernant un avocat américain que le Président avait envoyé à Cuba négocier la libération de 1 113 prisonniers qui a éveillé la curiosité de Matt Charman , un jeune dramaturge et scénariste de télévision britannique. Celui-ci a mené quelques recherches autour de ce nom dont il ignorait tout : James Donovan. Il a alors découvert qu’il s’agissait d’un avocat de Brooklyn spécialiste des litiges en assurances et très réputé dans son domaine. Mais c’est une affaire bien antérieure que Matt Charman a trouvée plus intéressante encore : Donovan avait défendu un agent soviétique accusé d’espionnage pendant la Guerre froide, et même s’il s’était spécialisé dans le droit des assurances et n’avait pas exercé au pénal depuis longtemps, c’est à lui qu’avait été confiée la négociation de l’un des échanges de prisonniers les plus explosifs de l’histoire.

Mark Rylance et Tom Hanks
Mark Rylance et Tom Hanks © Twentieth Century Fox

Charman propose l'histoire au Studio DreamWorks. L'un des producteurs du Studio, Marc Platt connaissait l’histoire de Donovan et savait aussi que Steven Spielberg s’intéressait à la Guerre froide - et à l’histoire en général. Et effectivement, le cinéaste a tout de suite été séduit. C’est le personnage central de James Donovan qui l’a le plus fasciné. L’histoire d’un avocat respecté menant une vie de famille bien rangéedans les années 50, qui se voit confier une mission dangereuse qu’il va accomplir en écoutant d’abord son instinct et ses principes, avait à ses yeux un potentiel cinématographique énorme.

Je me suis senti relié au même théme que sur "Lincoln" : cette personne seule qui fait le bon choix ou qui tente de faire le bon choix, en dépit des obstacles qui se dressent devant lui.

Steven Spielberg, Entertainement Weekly, octobre 2015

Matt Charman se met donc à l'écriture du scénario qu'il livre six semaines plus tard au Studio. "Matt a écrit un formidable scénario " explique Marc Platt, "et une fois celui-ci terminé, nous avons soumis son travail aux frères Coen , parce que nous pensions que le ton de leurs films à la fois réaliste et incisif correspondaitparfaitement à ce que nous recherchions pour cette histoire. ""Joel et Ethan ont le don de nous plonger profondément dans l’âme et le coeur des personnages." ajoute Steven Spielberg. "Ils ont apporté à l’histoire une certaine ironie et une touche d’humour absurde - non pas à travers le ton cocasse ou décalé que peuvent parfois adopter certains films, mais dans le sens où la vie elle-même est absurde. "L’un des thèmes que les frères Coen ont tissé dans la trame du scénario a particulièrement touché le réalisateur : l’idée qu’un espion ressemble à Monsieur Tout-le-monde. Il explique : "Ce n’est pas une histoire classique et stéréotypée qui se joue entre espions tantôt dans l’ombre, tantôt dans la lumière, mais une histoire d’espions que l’on ne remarque absolument pas. Jamais, au grand jamais, on ne se douterait qu’ils oeuvrent contre la sécurité nationale. Entre Matt Charman et Joel et Ethan Coen, j’étais entre lesmains de trois extraordinaires conteurs. "

►►► La critique d'Eva Bettan

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.