un film de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado avec Sebastiâo Salgado

Depuis quarante ans, le photographe Sebastião Salgado parcourt les continents sur les traces d’une humanité en pleine mutation. Alors qu’il a témoigné des événements majeurs qui ont marqué notre histoire récente : conflits internationaux, famine, exode…Il se lance à présent à la découverte de territoires vierges aux paysages grandioses, à la rencontre d’une faune et d’une flore sauvages dans un gigantesque projet photographique, hommage à la beauté de la planète.Sa vie et son travail nous sont révélés par les regards croisés de son fils, Juliano, qui l’a accompagné dans ses derniers périples et de Wim Wenders, lui-même photographe.Découvrez la bande annonce du film en avant première

Wim Wenders connait le travail de Sebastiao salgado depuis un quart de siècle. Il y a de nombreuses années, il a acheté deux de ses tirages. Ces photos, toujours accrochées dans son bureau, témoigne de l'admiration du cinéaste pour le photographe.Les deux hommes ne se sont rencontré qu'il y a six ans et c'est Salgado qui le premier évoqua l'idée d'un projet commun. Wim Wenders se souvient :"Nous nous sommes rencontrés dans son atelier parisien. Il m’a montré son travail en cours, et j’ai pu ainsi jeter un premier regard sur Genesis. Cela m’est aussitôt apparu comme un nouveau projet formidable et, à l’image de ses précédents engagements, un projet à très long terme ! J’ai tout de suite été fasciné par son implication et sa détermination. Puis nous nous sommes revus, avons découvert notre passion commune pour le football, avons commencé à parler de la photographie en général. Et puis, un jour, il m’a demandé si je pouvais envisager de me joindre à lui et à son fils Juliano pour une aventure dans laquelle tous deux étaient déjà engagés, et pour laquelle ils sentaient la nécessité d’un autre point de vue, d’un regard extérieur. "

Sebastiao Salgado
Sebastiao Salgado © / Donata Wenders
Dès qu'il fut clair que le proket serait un film, la décision fut prise qu'il serait co-réalisé par Wenders et Juliano, le fils de Salgado. Juliano avait accompagné son père plusieurs fois autour du monde. Il existait donc déjà des heures et des heures de film : "_J’avais projeté de me joindre à Sebastião pour au moins deux « missions » : une à l’extrême nord de la Sibérie, l’autre pour un survol en ballon de la Namibie. Etant tombé malade, j’ai dû renoncer à ces voyages. À leur place, j’ai commencé à me concentrer sur le patrimoine photographique de Sebastião, et nous avons alors enregistré plusieurs conversations à Paris._ "La présence de Wim Wenders est discrète, un choix qui s'est rapidement imposé"_Pendant les interviews initiales, j’étais présent à l’image. Mais plus nous parlions, plus je sentais qu’il fallait que je « disparaisse » et que je laisse le premier plan à Sebastião lui-même et surtout à ses photos. Elles parlent d’elles-mêmes ! J’ai donc imaginé un autre dispositif, une sorte de chambre noire bis, où Sebastião serait assis seul en face d’un écran, regardant ses photos et répondant à mes questions à leur sujet. La caméra était placée derrière l’écran, filmant à travers ses photos, si l’on peut dire, à l’aide d’un miroir à demi transparent. J’ai pensé que c’était la meilleure façon pour un public de l’entendre parler de son travail et en même temps de voir son oeuvre._ "
Wim Wenders et Sebastiao Salgado
Wim Wenders et Sebastiao Salgado © / Donata Wenders
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.