Passe de cinq pour Amour de Michael Haneke

le triomphe d'"amour"
le triomphe d'"amour" © reuters

Le film de Michael Haneke poursuit ainsi sa belle aventure entamée en mai dernier au Festival de Cannes où il avait obtenu la Palme d'Or. Vendredi soir, il a raflé les récompenses les plus prestigieuses de la soirée, remportant successivement les Césars du meilleur scénario, meilleur réalisateur, meilleur film, de la meilleure actrice (Emmanuelle Riva) et du meilleur acteur (Jean-Louis Trintignant).

Amour n'en a pas encore fini avec les cérémonies puisqu'il est nommé cinq fois aux Oscars, qui seront décernés dimanche, dont celui du meilleur film et de la meilleure actrice pour Emmanuelle Riva, 86 ans, qui fut l'héroïne d'Hiroshima mon Amour d'Alain Resnais (1959).En l'absence de Michael Haneke, déjà à Los Angeles, c'est la productrice du film Margaret Menegoz qui est montée sur scène, "heureuse d'être là comme productrice et pas seulement comme porte-parole" du réalisateur. "Les producteurs sont rarement dans la lumière", a-t-elle ajouté.

Ecoutez le reportage de Thierry Fiorile

Sur la deuxième marche du podium : De rouille et d'os de Jacques Audiard, avec quatre trophées : adaptation, espoir masculin pour Matthias Schoenaerts, musique pour le désormais incontournable Alexandre Desplat et montage

Izia Higelin
Izia Higelin © Maxppp

Les autres nommés ont du se contenter de quelques accessits :

Les Adieux à la reine de Benoit Jacquot obtient les César des photo, décor et costumesLe prénom décroche les deux César des acteurs dans un second rôles, Valérie Benguigui et Guillaume de Tonquédec

Plus habituée aux victoires de la musique, Izia Higelin , 22 ans, a reçu le César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans Mauvaise fille de Patrick Mille.

Ecoutez la réaction d'Izia Higelin au micro de Florence Leroy

A noter enfin le César de la première oeuvre pour Le magnifique Louise Wimmer de Cyril Mennegum.

Les grands perdants de la soirée: Camille redouble et Holy motors , respectivement 13 et 10 nominations et aucun prix.

Noémie Lvovsky, réalisatrice et actrice principale de Camille redouble , une comédie douce-amère sur une quadragénaire revivant ses 16 ans, qui avait reçu le nombre record de 13 nominations après un succès inattendu en salles, repart en revanche bredouille de la 38e cérémonie des Césars.

> Le palmarès complet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.