On entend déjà les commentaires des tristes figures : "un dictionnaire de la pensée du cinéma" ? au secours, laissez-nous nous divertir en paix... Mais, c'est eux qu'on laissera faire des claquettes en paix pour mieux apprécier ce gros ouvrage de poche qui en 800 pages propose de vivifiantes passerelles et pistes de réflexion avec comme seul mot d'ordre et de passe : l'art d'aimer.

dictionnaire pensée cinéma
dictionnaire pensée cinéma © radio-france

Et rien de rébarbatif ici comme semble d'ailleurs nous le dire avec un sourire aux lèvre la rayonnante Jeanne Moreau du temps de "Jules et Jim" sur la photo de couverture. De quoi s'agit -il au fond ? De la mise en pratique alerte et critique d'une fulgurance godardienne : "Le cinéma est une pensée qui prend forme, une forme qui pense." Oui, le cinéma (et tout le cinéma, s'il vous plait...) pense, se pense et fait penser sans cesse. Sur des "sujets" aussi divers que Louis de Funès, Eugène Green, Serge Daney, Walt Disney, Chris Marker, "Psychose", le raccord et le faux-raccord, les formalistes russes ou bien encore "Les Chaussons rouges" et la mort du cinéma.

Ecrits par un collectif d'auteurs, les articles de ce dictionnaire séduisent par leur clarté et leur pertinence, à l'instar de la belle analyse qu'Emmanuel Dreux fait des "Parapluies de Cherbourg", soit un exemple parmi tant d'autres, parmi 400 entrées forcément subjectives mais qui sont toutes incontestables (ce qui n'empêche pas les regrets : rien sur Moretti ou Bruno Dumont et trop peu globalement sur les cinémas asiatiques). On se surprend à picorer et à passer de l'analyse aussi détaillée qu'inspirée du "Parrain" par Juliette Cerf au bel article d'Antoine de Baecque sur Raoul Ruiz et sa "contre-poétique".

Pensées en liberté donc qui permettent de mettre en valeur celles ô combien précieuses d'un Jean Douchet aujourd'hui et d'un Jean-Louis Bory hier. Pensées bien présentes en vérité à l'orée de quinze jours de cinéma non-stop sur la Croisette. C'est décidé, j'emporterai avec moi ce Dictionnaire, histoire de ne pas critiquer idiot. Histoire aussi de retrouver l'essentiel au-delà des paillettes du moment. Vous savez quoi ? Ce dictionnaire est définitivement joyeux et sa lecture rend intelligent.

Dictionnaire de la pensée du cinéma

Sous la direction de Antoine de Baecque et Philippe Chevallier

Collection Quadrige/Dicos Poche

PUF

__

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.