Le réalisateur de "Pi", "Requiem for A Dream", "Black Swan" sort un nouveau film, avec un casting extraordinaire : Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris… Faut-il le voir ?

À les écouter, les critiques du film ont été aussi emballés par le film d'Aronofsky que l'héroïne du film par ses hôtes ! (image d'illustration tirée du film)
À les écouter, les critiques du film ont été aussi emballés par le film d'Aronofsky que l'héroïne du film par ses hôtes ! (image d'illustration tirée du film) © Paramount Pictures

Soit un couple.
Lui (Javier Bardem), écrivain.
Elle (Jennifer Lawrence), 20 ans de moins.
Ils retapent une maison isolée, qui est bientôt envahie par des étrangers qui vont perturber - le mot est faible - leur tranquillité... puis débarque une seconde vague de visiteurs qui sont des fans de l'écrivain.

Ça se veut osciller entre le Polanski de Répulsion et le Stephen King de Shining, avec en plus quand même des références bibliques, sans lesquelles évidemment Aronofsky ne serait pas ce qu'il est...

Xavier Leherpeur : "une des plus grosses mer**s de l'année"

J'ai détesté. La seule question qui m'a animée en sortant de la projection c'est : finalement, le cinéma ne va pas mal puisqu'on trouve encore 60 millions de dollars pour produire les conneries d'Anarofsky, tout va bien ! Qu'on arrête le discours de la crise du cinéma, non ?

C'est un film boursouflé, grotesque, ridicule, mal écrit, interprété n'importe comment par Jennifer Lawrence - qui a deux expressions : assise, debout, pas plus.

Non, je pense que le seul moyen de sauver le film, c'est :

  1. Tenter les rires enregistrés, ça marche toujours même sur les mauvaises sitcoms
  2. À l'issue du film, mettre ce célèbre panneau : "la drogue c'est un problème, il faut en parler"
Jennifer Lawrence à l'entrée de sa nouvelle maison, dans "Mother!" de Darren Aronofsky
Jennifer Lawrence à l'entrée de sa nouvelle maison, dans "Mother!" de Darren Aronofsky / Paramount Pictures

Sophie Avon : "Même en parler, c'est une épreuve !"

C'est un film absolument épouvantable.

Il est bouffi d'orgueil, ce film. On a l'impression que rien n'est assez beau, assez monumental, assez grand pour Aranofsky.

Sous prétexte de faire un petit film de genre - une maison hantée, un petit thriller psychologique - il nous débarque sur le tapis des sujets monumentaux , c'est-à-dire la Nativité, Dieu, la Guerre, l'Amour... On n'y comprend rien alors que c'est super démonstratif, super explicatif et sur-signifiant…

Pierre Murat : "La prétention, oui. Mais c'est surtout la bêtise du truc !"

Si on résume tout, c'est une histoire, simplement, de création. Le créateur, parce qu'il crée, amène les catastrophes, les machins, etc. De montrer l'acte de création comme ça, provoquant ce genre de souffrances, de malheurs, d'apocalypse mais c'est d'une conn***e absolue !

Pierre Murat : "Jennifer Lawrence, qui a quand même plusieurs Oscar : qu'est-ce qui lui est arrivé ? Ce n'est pas possible"
Pierre Murat : "Jennifer Lawrence, qui a quand même plusieurs Oscar : qu'est-ce qui lui est arrivé ? Ce n'est pas possible" / Paramount Pictures

Ecoutez l'intégralité des échanges entre les critiques du Masque et la Plume au sujet du film d'Aronofsky :

Avis d'auditeurs

Pierre : "Que de sévérité pour le dernier opus de DArren Aronofsky . "Une des plus grosses merdes de l'année" selon Xavier Leherpeur... "Un film épouvantable" selon Sophie Avon qui ajoute dans un sursaut de lucidité qui l'honore : "On n'y comprend rien". Et pourtant le film est bien loin d'être inintelligible !

Clément : "Oui moi je l'aime, c'est un cinéaste un peu fou, qui s'aime beaucoup. J'adore Mother. C'est une expérience totalement hallucinante et hallucinée, un moment de cinéma totalement déglingué"

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.