Un film humaniste et politique qui dénonce un système dont tout le monde finit par être victime, habitants comme policiers…

Les Misérables
Les Misérables © SRAB Films - Rectangle Productions - Lyli Films

Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes...

Les Misérables
Les Misérables / SRAB Films - Rectangle Productions - Lyli Films

Ce qu’en dit Ladj Ly :

Dans ce film, je raconte un peu ma vie, mes expériences, celles de mes proches... Tout ce qui est dedans est basé sur des choses vécues : la liesse de la Coupe du monde évidemment, l’arrivée du nouveau flic dans le quartier, l’histoire du drone...

Ladj Ly
Ladj Ly / Renaud Konopnicki

Pendant cinq ans, avec ma caméra, je filmais tout ce qui se passait dans le quartier, et surtout les flics, je faisais du copwatch. Dès qu’ils débarquaient, je prenais ma caméra et je les filmais, jusqu’au jour où j’ai capté une vraie bavure. Dans le film, l’histoire du vol du lionceau déclenchant la colère des Gitans propriétaires du cirque est également vécue... J’ai voulu montrer toute la diversité incroyable qui fait la vie des quartiers.

On navigue dans un monde tellement complexe que c’est difficile de porter des jugements brefs et définitifs. Les quartiers sont des poudrières, il y a des clans, et malgré tout, on essaye de tous vivre ensemble et on fait en sorte que ça ne parte pas en vrille. Je montre ça dans le film, les petits arrangements quotidiens de chacun pour s’en sortir.

Les Misérables
Les Misérables / SRAB Films - Rectangle Productions - Lyli Films

Quand on a de l’argent, c’est facile de vivre avec tout le monde, quand t’es dans la misère, c’est plus compliqué : ça passe par des compromis, des arrangements, des petits trafics... c’est une question de survie. Les flics aussi sont en mode survie, eux aussi vivent la misère. LES MISÉRABLES n’est ni « procaillera » ni « pro-keuf », j’ai essayé d’être le plus juste possible.

Ce qu’on vit en banlieue est à des années-lumière de ce que montrent la plupart du temps les médias. Il y a un fossé entre la réalité et l’image médiatique. Comment les politiques pourraient solutionner nos problèmes alors qu’ils ne nous connaissent pas, ne savent pas comment nous vivons, quels sont nos codes ?

J’ai expurgé des clichés comme la drogue, les armes, et en effet, la musique est plus électro que rap. Même dans la façon de parler, j’ai voulu éviter les poncifs du film-banlieue.

Les misérables
Les misérables / film de LADJ LY
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.