Le film d'Olivier Baroux avec Jean-Paul Rouve et Isabelle Nanty est (à nouveau) un succès quasi-historique dans les salles. Ce qui désole les critiques du "Masque et la Plume".

Le troisième opus des "Tuche" avec Jean-Paul Rouve et Isabelle Nanty, dans les salles depuis le 31 janvier
Le troisième opus des "Tuche" avec Jean-Paul Rouve et Isabelle Nanty, dans les salles depuis le 31 janvier © Eskwad Pathe Films / Arnaud BORREL

Dans le film d'Olivier Baroux, Jean-Paul Rouve est donc devenu président de la République avec 57% des voix. Il est toujours avec Cathy Tuche (Isabelle Nanty), première dame de France, il y a toujours Mamie (Claire Nadeau)... Le film est sorti depuis quelques jours, et déjà, on observe les signes d'un succès quasi-historique dans les salles.

Xavier Leherpeur  : "Je ne sais pas pourquoi les gens y vont"

C'est intéressant parce qu'en trois films, Olivier Baroux montre des Français moyens (très très moyens), qui n'en foutent pas une rame, qui n'ont jamais travaillé de leur vie et qui gagnent beaucoup d'argent... Mais c'est Olivier Baroux ! Son scénario n'est pas travaillé (du tout), c'est un fumiste de première, il n'y a pas une blague, un gag, une situation qui soit digne de ce nom - et digne de la comédie, registre dans lequel il s'inscrit. C'est une insulte aux comédiens qu'il emploie. C'est vulgaire tout le temps, poujadiste éternellement.

Michel Ciment : "On a envie d'arrêter ce métier"

L'Académie des César a créé cette année le Prix du public - ce qu'Hollywood n'a jamais fait, ni les Anglais ni les Espagnols... Comme Dany Boon n'a jamais eu le César qu'il mérite, on a créé un prix du Public pour le lui donner. L'année prochaine, ce sera Les Tuche 3, puisqu'il y aura 5 millions de spectateurs probablement - ce sera le film le plus populaire de l'année.

Ce qui m'embêtait c'est que je n'avais pas vu Les Tuche 2, je craignais de ne pas comprendre. En fait, j'ai tout de suite compris. C'est le même poujadisme, le même mépris pour les intellos, la même laideur cinématographique...

Le phénomène nouveau en France, et je trouve que Télérama et le Nouvel Observateur ont sauvé leur honneur dans la presse française, c'est qu'il y a quatre étoiles dans Le Monde, quatre étoiles dans Le Figaro, quatre étoiles dans Les Inrockuptibles. Avant il y avait le populisme... et maintenant, voilà que la presse cinéphile emboîte le pas. C'est un flot irrésistible ; on a envie d'arrêter ce métier.

Eric Neuhoff : "C'est une pure honte !" 

C'est un film grayonneux : ils mangent des frites tout le temps, on se sent salis en sortant, on a envie de prendre une douche. C'est vraiment dégueulasse.

Le problème en France, ce n'est pas que Marine Le Pen arrive au deuxième tour, c'est que les gens se précipitent voir ce truc-là. Pour moi, c'est gravissime et ça donne envie d'habiter ailleurs.

Eric Neuhoff : "Je sais qu'on a vu un peu n'importe quoi à l'Elysée, mais il y a des limites !"
Eric Neuhoff : "Je sais qu'on a vu un peu n'importe quoi à l'Elysée, mais il y a des limites !" / Pathé Distribution

Ecoutez

Ecoutez toutes les critiques échangées autour de Jérôme Garcin sur Les Tuche 3 par Michel Ciment (Positif), Xavier Leherpeur (7ème Obsession) et Eric Neuhoff (Le Figaro) :

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.