Jean-Paul Belmondo est décédé ce lundi à l'âge de 88 ans. De "Pierrot le fou" à "L'As des as", l'acteur au charisme exceptionnel a eu l'itinéraire d'un enfant gâté du cinéma, champion du box-office. Retour sur six films qui ont construit sa carrière exceptionnelle.

 Jean-Paul Belmondo a joué dans 80 films en un demi-siècle de carrière.
Jean-Paul Belmondo a joué dans 80 films en un demi-siècle de carrière. © Radio France / Olivier Benis

Quatre-vingts films en cinquante ans de carrière. Sa filmographie est "un paysage, une forêt", a réagit Philippe Labro sur franceinfo, qui l'a notamment fait tourner dans "L'Héritier", ou "L'Alpagueur". Jean-Paul Belmondo laisse derrière lui des rôles inoubliables : jeune premier dans "À bout de souffle" ou encore pendu à un hélicoptère au-dessus de Venise dans "L'homme de Rio". Retour en 6 films, sur son incroyable carrière d'acteur. 

A bout de souffle, de Jean-Luc Godard

Jean-Paul Belmondo fait ses débuts au cinéma à 27 ans, lorsque Jean-Luc Godard, alors critique de cinéma, lui offre son premier grand rôle. En 1960, il donne la réplique à Jean Seberg dans À bout de souffle, un polar qui deviendra l'emblème de la Nouvelle Vague.

Jean-Paul Belmondo dans "À bout de souffle"
Jean-Paul Belmondo dans "À bout de souffle" © Getty / Walter Daran/The LIFE Images Collection
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Jean-Paul Belmondo enchaîne ensuite une trentaine de films dans les années 60. Il travaille avec des réalisateurs variés tels que Peter Brook, Jean-Pierre Melville, François Truffaut et Henri Verneuil. 

Un singe en hiver, d'Henri Verneuil

En 1962, ce dernier le fait jouer dans Un singe en hiver, aux côtés de Jean Gabin. La première rencontre entre les deux acteurs est glaciale. Finalement, ils tissent un lien confraternel, appuyé par les dialogues de Michel Audiard, dont cette réplique de Gabin à Belmondo : "Môme, t’es mes 20 ans"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'homme de Rio, de Philippe Broca

Jean-Paul Belmondo a aussi joué dans beaucoup de films d'aventure, principalement sans doublure. Séduit par sa prestation dans "Cartouche" en 1962, Philippe Broca lui propose "L'homme de Rio", en 1963_. C'_est un carton à cinq millions d'entrées. Dans ce film abracadabrantesque, dont le scénario est librement inspiré des aventures de Tintin (L’Oreille cassée), il excelle dans les course-poursuites et les figures de haute-voltige. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'As des As, Gérard Oury

Au delà de l'étiquette de "cascadeur" que lui colle le tout-Paris, Belmondo s'illustre aussi dans un registre plus comique en 1982 avec le film franco-allemand de Gérard Oury L'As des As. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le Magnifique, Philippe Broca

Il est en 1973 Le Magnifique de Philippe de Broca dans une parodie des James Bond où il enquille les cascades à la Jerry Lewis. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Itinéraire d'un enfant gâté, de Claude Lelouch

Après un passage par le théâtre, Jean-Paul Belmondo retrouve les plateaux de tournage en 1988, avec "Itinéraire d’un enfant gâté", de Claude Lelouch. Il décroche le César du meilleur acteur, pour ce rôle à contre-emploi qui le réhabilite. Toutefois, il ne viendra pas chercher sa statuette. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Affaibli ces dernières années à la suite d'un AVC en 2001, il ne jouait plus, mais a reçu plusieurs prix d'honneur pour l'ensemble de sa brillante et longue carrière. Un Lion d'Or en 2016, dans le cadre de la 73ème Mostra de Venise, puis un César, en 2017, qu'il a cette fois accepté, dans une salve d'applaudissements. 

A cette occasion, Jean Dujardin déclarait : "Jean-Paul Belmondo est le cinéma français à lui tout seul, la réconciliation des films d'auteurs et de la culture populaire". En un demi-siècle à l'écran, il a attiré près de 130 millions de spectateurs dans les salles de cinéma.