La conquête de l'Ouest, vue par Arthur Penn, en version restaurée inédite, en salle ce mercredi 20 juillet 2016, une distribution Carlotta Films.

Little Big Man © 1970 HILLER PRODUCTIONS, LTD. AND STOCKBRIDGE PRODUCTIONS, INC.
Little Big Man © 1970 HILLER PRODUCTIONS, LTD. AND STOCKBRIDGE PRODUCTIONS, INC.

Arthur Penn a tourné Bonnie & Clyde pour pouvoir financer Little Big Man

En 1958, pour son premier film, Arthur Penn avait déjà tourné un western, Le Gaucher, dans lequel il racontait l’histoire de Billy the Kid et dans lequel il cassait déjà les codes du western. Mais pour pouvoir financer Little Big Man, dont le scénario attendait depuis six années, il devra encore attendre un peu, et c’est le film Bonnie & Clyde, réalisé en 1967, qui lui apportera le succès et la fortune nécessaire pour envisager la réalisation de ce projet.

Ce n’est qu’en 1970 que le film verra le jour, alors que déjà le Nouvel Hollywood révolutionne depuis une dizaine d’années le cinéma américain. Ce mouvement cinématographique de contre-culture, inspiré par le néo-réalisme italien et la Nouvelle Vague française, redonne du pouvoir aux réalisateurs qui vont alors représenter des sujets jusqu’alors tabous, comme le massacre des Amérindiens. Les guerres indiennes évoquent en creux un conflit plus contemporain, celui de la guerre du Vietnam faisant rage en ce début des années 1970.

Little Big Man, un film avant tout picaresque

Le film s'inspire d'un roman de Thomas Berger, Little Big Man (Mémoires d’un visage pâle en français), paru en 1964. Pour la première scène du film, un journaliste questionne Jack Crabb (Dustin Hoffman, excellent), âgé de 121 ans, dernier survivant de la bataille de Little Bighorn, victoire des natifs américains sur les troupes du général Custer. Le vieil homme se met à raconter sa vie par un long flash-back et tous les ingrédients du récit picaresque se retrouvent dans cette fresque humaniste et haute en couleur : la fausse autobiographie (puisqu’il n’y eut pas de survivant Blanc après ce combat), le profil d’antihéros du personnage, les aventures qui s’enchaînent à un rythme échevelé, la satire de chaque strate de la société, mais aussi beaucoup de réalisme.

Une saga démystificatrice qui révèle aussi des aspects de la culture amérindienne

Si Arthur Penn dresse des portraits féroces des fameux WASP (White Anglo-Saxon Protestant), incarnée, entre autres, par le personnage de Mrs Pendrake (Faye Dunaway, délirante), s’il prend quelque liberté avec l’Histoire dans sa reconstitution des batailles, en caricaturant le personnage du général George Armstrong Custer, c’est avec beaucoup de finesse et d’humour qu’il filme certaines scènes montrant la vie des natifs américains au quotidien, dans leur intimité et leurs traditions.

À ce propos, l’acteur qui incarne Old Lodge Skins, le père adoptif du héros, fut un chef de tribu dans la vraie vie ! Devenu comédien à plus de 60 ans, Dan George recevra le Golden Globes et l’Oscar pour le meilleur second rôle dans ce film. Par sa présence à l’écran mais aussi par ses écrits, il défendra la cause des natifs américains jusqu’à sa mort, en 1981.

Un film réactualisé par la reconnaissance du génocide amérindien

Au cinéma, comme en littérature, les hommages à la civilisation amérindienne deviendront nombreux : Kevin Costner tourne Danse avec les Loups en 1990, Jim Jarmush réalise Dead Man en 1992. Plus récemment, The Revenant d’Alejandro González Inárritu montre que notre époque se tourne enfin un peu plus vers la reconnaissance du génocide et des torts causés aux natifs américains. N’oublions pas que ce peuple, réduit à quatre millions de personnes est, de nos jours, toujours parqué dans des réserves.

Une distribution Carlotta Films

Little Big Man © 1970 HILLER PRODUCTIONS, LTD. AND STOCKBRIDGE PRODUCTIONS, INC.
Little Big Man © 1970 HILLER PRODUCTIONS, LTD. AND STOCKBRIDGE PRODUCTIONS, INC.

Le long-métrage Little Big Man est proposé en versions restaurée en coffret collector chez Carlotta Films, avec des suppléments sur le tournage, sur l'acteur, Dustin Hoffman, et un ouvrage de 160 pages montrant 60 photographies inédites. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.