Le Masque et la Plume s’interrogeait ce dimanche 19 avril sur les films à voir ou non. Les critiques pour le premier film de Ryan Gosling, Lost River , étaient jusque-là plutôt positives. Et puis l’équipe du Masque et la Plume s’est penchée sur la question…

Lost River
Lost River © Le Pacte

Autour de Jérome Garcin, Danièle Heymann (Marianne), Michel Ciment (Positif), Alain Riou (L’Obs) et Eric Neuhoff (Figaro). Réécoutez les avis des critiques sur Lost River :

Eric Neuhoff : "C’est vraiment tout ce qu’il ne faut pas faire au cinéma"

Ce Ryan Gosling est un enfant gâté, c’est comme un type à qui on offre une bagnole super puissante alors qu’il n’a pas le permis (...) C’est clinquant, c’est "bling-bling", c’est rutilant, c’est d’un vide sidéral et ça ne donne pas du tout envie d’aller habiter à Détroit, pas seulement parce que l’industrie automobile est en ruine, mais parce que c’est la ville qui a inspiré les deux plus mauvais films de l’année : le Jim Jarmusch et celui-ci.

Un film rasoir pour Alain Riou

C’est tellement dans le noir…On ne voit rien sur l’écran ! C’est comme un réverbère éteint. Sous ce réverbère, parfois, on aperçoit des scènes extrêmement cruelles. À un certain moment, il y a un scalpel qui écorche une jolie fille (…) Mais le film est également rasoir. Tout le problème vient de là.

Jérome Garçin : "La raison d’être du film m’échappe encore aujourd’hui…"

Michel Ciment : "Quand je l’ai vu à Cannes, j’ai cru qu’il ne sortirait jamais"

Il y a eu beaucoup plus d’articles dans la presse que le film ne le mérite. On voit le poids du star system aujourd’hui (…) Ce film n’est pas indifférent puisqu’il est complètement raté, mais il témoigne d’une mégalomanie (...) En général, les acteurs s’intéressent aux acteurs, donc ils savent mettre en valeur leurs confrères. C’est modeste mais c’est bien (…) Ici on a affaire à quelqu’un qui est complètement sous influence. Il fait du Winding Refn (…) Mais il ne s’intéresse absolument pas à ses personnages.

Danièle Heymann : "un pandémonium sado-maso, tellement naïf, enfantin et laid"

C’est vrai que cette Amérique en ruine, c’est quand même assez intéressant, mais ça finit dans un cabaret de l’horreur avec un pandémonium sado-maso, tellement naïf, enfantin et laid (…) Il n’y a personne qui dit à ce garçon Ryan Gosling "Il faudrait peut-être recadrer ça ?" Il n’y a pas de producteur ? Pas de scénariste ? Il n’y a rien. C’est profondément désagréable. C’est un film qui a une image très belle pour dire des choses très sales, c’est navrant.

Voici les films présentés ce dimanche dans Le Masque et La Plume :

  • Jamais de la vie , de Pierre Jolivet
  • Lost River, de Ryan Gosling
  • Pourquoi j'ai mangé mon père , de Jamel Debbouze
  • Taxi Téhéran , de Jafar Panahi
  • Leopardi , de Mario Martone
  • En équilibre , de denis Dercourt

►►► RÉÉCOUTEZ I L'intégralité de l'émission Le Masque et le Plume

►►► RÉÉCOUTEZ I Ryan Gosling dans Boomerang d'Augustin Trapenard le 06 avril 2015

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.