Avec "Celle que vous croyez", Safy Nebbou adapte au cinéma le roman de Camille Laurens, et offre à Juliette Binoche un rôle taillé pour elle… Les critiques du "Masque & la Plume" ont tous aimé l'interprétation de Juliette Binoche mais sont partagés sur le film en lui-même… Découvrez ici leurs avis.

"Celle que vous croyez" de Safy Nebbou est sorti en salles le 27 février 2019
"Celle que vous croyez" de Safy Nebbou est sorti en salles le 27 février 2019 © Diaphana Distribution

Le film résumé par Jérôme Garcin

Dans ces Liaisons Dangereuses 2.0., Claire (Juliette Binoche) est une prof de lettres quinquagénaire. Après que son amant l’a larguée, elle s’invente sur les réseaux sociaux une nouvelle jeunesse et devient donc Clara, 24 ans. Elle ne tarde pas à attraper sur la Toile Alex (François Civil), un photographe qui pourrait être son fils, et qui se trouve être le meilleur ami de l’amant infidèle. La fausse Claire et le vrai Alex vont bientôt filer le parfait amour virtuel. Jusqu’au jour où, au contact de la réalité, les jeux de l’amour vont devenir très cruels.

Sophie Avon a beaucoup aimé le film

SA : Je trouve que le film a un grand sens du romanesque - c'est adapté d'un roman donc évidemment c'est romanesque, mais je trouve que Safy Nebbou joue très bien avec ça. Il fait de ce sujet douloureux quelque chose de très ludique et de très jouissif pour le spectateur. 

Le personnage joué par Juliette Binoche pourrait sortir d'un film de genre : à la fois très fragile, cabossé, et en même temps qui a de la ressource et la force de trouver les conditions de sa survie. C'est un personnage qui nous permet de toucher à nos terreurs les plus intimes.

Le film dépasse le fait de la femme de 50 ans qui a peur de vieillir - à travers ce personnage archétypal tout en étant complexe, ça touche à l'humanité. Ce sont des peurs qui touchent aussi les hommes. C'est un film sur la solitude et sur la fragilité des femmes de 50 ans… et sur celles des hommes aussi.

Ce qui est peut-être plus troublant dans le film, plus vertigineux, c'est qu'il montre très bien comment l'amour au fond est une pure construction de l'esprit, un pur fantasme. Alors, bien sûr, Facebook facilite le fait qu'on puisse s'enflammer pour quelqu'un qui n'existe pas mais en même temps ça renchérit sur l'idée que l'amour n'est qu'une construction. L'amour au fond, est un pari fait sur ce qu'on ne connaît pas. 

Nicole Garcia (la psy) et Juliette Binoche forment un duo formidable : toutes les deux se renvoient la balle de manière extrêmement subtile.

Xavier Leherpeur a trouvé le film remarquablement écrit

XL : Je suis entièrement d'accord avec Sophie, je n'aurais presque rien à rajouter. 

Je trouve que c'est un film absolument remarquablement écrit. Safy Nebbou est capable de donner du cinéma à des choses qui appartiendraient plutôt au roman, où on peut écrire l'intime, où on peut donner des mots au ressenti. Au cinéma, il faut donner du corps, du concret, et généralement ça passe par le dialogue et c'est casse-gueule. Avec Safy Nebbou ça passe toujours par le cinéma (c'était le cas dans Les plaines de Sibérie d'après Sylvain Tesson, ou dans L'empreinte…)

Sophie a raison : c'est un film qui a plusieurs niveaux. Il peut être cruel ou drôle… Il trouve cet équilibre constant, mais synergique, entre la cruauté, l'humour, le désespoir, la mélancolie… 

Et Sophie a raison : c'est un film qui renvoie à la mélancolie et aux terreurs féminines et masculines dos-à-dos, de manière extrêmement intéressante.

Eric Neuhoff a trouvé le film absolument épouvantable

EN : On peut dire que Juliette Binoche aime les sports extrêmes. Elle a déjà incarné Christine Angot dans un film de Claire Denis, et là elle joue dans un roman de Camille Laurens : elle est costaud ! Ou alors elle est maso ?

Moi j'ai trouvé le film absolument épouvantable. Aucun intérêt. D'une balourdise, d'un téléphoné… C'est un film que je vais acheter en DVD et je ferai des soirées repas avec des copains parce que c'est hallucinant ! C'est plein de chochotteries. C'est lourd. Elle est prof de lettres, et évidemment au cas où on n'aurait pas compris, elle est spécialiste de Laclos (Les liaisons dangereuses) : tout est comme ça !

Ce n'est pas si bien filmé que ça. On y entend des phrases comme "Il n'y a pas de pire rivale que celle qui n'existe pas". Bon, je ramasse les copies dans deux heures ! Le film est pseudo littéraire, bétassou...

Je comprends Yann Moix : moi, je ne veux pas voir des films sur les femmes de 50 ans !… sauf si c'est joué par Juliette Binoche, qui depuis deux films m'a réconcilié avec elle (le Assayas et ce film-là) : les lunettes lui vont à merveille et elle est belle comme tout.

Michel Ciment a trouvé Juliette Binoche extraordinaire

MC : J'ai trouvé le film très intéressant, c'est rare qu'on aborde dans le cinéma français Facebook et les nouvelles images… Je trouve qu'esthétiquement, le film a une grande cohérence visuelle. C'est un film qui a une certaine ambition, très épurée. Le travail sur les décors, sur les couleurs, etc. est très sobre et très travaillé.

Juliette Binoche, qui avait fait des débuts exceptionnels comme actrice, a traversé une période où on l'a un peu perdue, mais depuis quatre / cinq ans, je la trouve extraordinaire. Elle irradie. 

Aller plus loin

Le film de Safy Nebbou est dans les salles depuis le 27 février 2019.

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du Masque et la Plume... 

8 min

La critique de "Celle que vous croyez" de Safy Nebbou

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Jeux de miroirs et de faux-semblants entre Juliette Binoche et François Civil dans le film "Celle que vous croyez"
Jeux de miroirs et de faux-semblants entre Juliette Binoche et François Civil dans le film "Celle que vous croyez" / Diaphana Distribution
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.