Trois ans après "Arrête ton cinéma", Diane Kurys continue. Voici donc "Ma mère est folle", avec Fanny Ardant et le chanteur Vianney, mais aussi Arielle Dombasle, très convaincante en femme richissime, et Patrick Chesnais, beaucoup moins en homo démodé.

Extrait de l'affiche du film "Ma mère est folle" de Diane Kurys
Extrait de l'affiche du film "Ma mère est folle" de Diane Kurys

Le résumé du film de Diane Kurys par Jérôme Garcin

Fanny Ardant est Nina, la mère folle-dingue de Baptiste, un architecte très sage joué par le gentil Vianney. Les deux sont fâchés depuis des lustres et vont se réconcilier à Rotterdam, où Nina s’adonne au trafic de drogue. En route, ils embarquent un petit réfugié de l’Est... C'est un road-movie.

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du “Masque & la Plume” :

4 min

« Ma mère est folle », de Diane Kurys - les critiques du Masque et la Plume

Pierre Murat : "Ce n'est pas très bon"

PM : PIl y a un réfugié de l'est mais il n'y a pas Serebrennikov à la mise en scène

Le début (une bonne demi-heure) est véritablement catastrophique. Quand les huissiers viennent, quand Fanny Ardant rencontre Arielle Dombasle, qui est une caricature d'elle-même (volontaire... mais enfin, tout de même !), lorsque Fanny Ardant, qui en fait beaucoup, rencontre Vianney, qui en fait pratiquement pas... 

Il y a quelques scènes entre la mère et le fils qui sont assez émouvantes. Mais c'est très raté parce que c'est une faute de rythme ! Il n'y a pas un seul moment où Diane Kurys arrive à mettre une vraie fantaisie dans sa mise en scène !

Charlotte Lipinska estime le film "sage" et "plat"

CL : J'ai rarement vu un film qui était aussi peu à l'image de son héroïne : on nous présente une femme fantasque, pétillante, un peu exubérante, très audacieuse, courageuse, rigolote comme tout, très libre… mais dans un film terriblement convenu, plan-plan. Tout est sage, tout est plat.

Face à Fanny Ardant, Vianney (qui est peut-être chanteur mais acteur, ça reste encore à prouver ) est totalement transparent, incolore, inodore... ça ne marche pas du tout. Je trouve ça assez embarrassant.

Arielle Dombasle qui assume, à ce point, la fantaisie de ce qu'elle est dans la vie : c'est presqu'elle qui m'a le plus fait rire !

Pour Xavier Leherpeur, c'est "un film vieillot comme pas possible"

XL : C'est un film qui passe son temps à contrarier son cahier des charges. Le titre est "Ma mère est folle" ; le film est d'une sagesse improbable. C'est un road-movie ; ça n'avance jamais (mais jamais !). Ça se veut moderne, parce qu'on a Patrick Chesnais en homo ; mais c'est un film vieillot comme c'est pas possible de l'être ! 

Il n'y a qu'Arielle Dombasle qui planque des liasses d'argent dans les livres et qui oublie le titre des livres et qui passe son temps à défaire sa bibliothèque pour trouver ses liasses, ça m'a fait rire !

Sophie Avon est complètement sous le charme de Fanny Ardant

SA : Oui, c'est planplan, oui c'est vieillot… mais Fanny Ardant, je la trouve extraordinaire. Et rien que pour le plaisir de la voir… 

Aller plus loin

🎧 L'interview des deux co-réalisateurs Alexandre Astier et Louis Clichy au micro d'Antoine de Caunes dans Popopop

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.