Isabelle Huppert interprète Madame Géquil, l'héroïne de "Madame Hyde", le film de Serge Bozon évidemment inspiré du roman de Stevenson, "L’étrange cas du Dr Jekyll et M. Hyde". Elle y est entourée de Romain Duris et de José Garcia. Qu'ont pensé du film les critiques du "Masque et la Plume" ?

"Madame Hyde" de Serge Bozon est dans les salles en France depuis le 28 mars 2018
"Madame Hyde" de Serge Bozon est dans les salles en France depuis le 28 mars 2018 © Haut et Court

Isabelle Huppert interprète ici Madame Géquil dans Madame Hyde de Serge Bozon. Elle est mariée à José Garcia, homme au foyer, et enseigne la physique dans un lycée professionnel dont le proviseur sentencieux est Romain Duris et où elle se fait chaque jour chahuter par ses élèves et aussi par ses collègues. Jusqu’au jour où, après une expérience de laboratoire, elle est frappée par la foudre. La voici dotée de pouvoirs électrisants et se transforme la nuit en créature pyrotechnique. 

Xavier Leherpeur : "Il y a vraiment quelque chose"

J'aime bien le film, même si je ne suis pas sûr d'avoir tout compris aux tenants et aboutissants... Je ne déteste pas la manière dont au Axelle Robert au scénario et Serge Bozon à la mise en scène me perdent dans ce labyrinthe qui multiplie les genres : à la fois l'horrifique, le conte moral, l'éducation sentimentale, le social...

Les scènes les plus bouleversantes sont celles où Me Hyde donne des cours de physique de rattrapage... C'est plein de scènes comme ça, un peu insolites, un peu insolentes, un peu étranges... Il y a vraiment quelque chose. 

C'est un film qui déroute incessamment mais c'est tellement agréable dans un ensemble de cinéma qui est quand même très cadré, très  normé.

Pierre Murat : "Il n'y a pas beaucoup d'idées de mise en scène"

Le scénario tient la route pendant 20-25 minutes... ensuite il veut faire l'intéressant et il écrit une histoire qui le dépasse un peu parce qu'il ne sait pas où elle va, il ne la domine pas du tout ! 

Là, Isabelle Huppert n'est vraiment pas bonne. Quand elle joue Me Géquil, elle en fait trois fois trop et quand elle joue l’incandescente, elle ne fait rien - forcément puisqu'on ne la voit pas. 

Serge Bozon essaie des choses mais ne les réussit pas. C'est quand même le cinquième ou sixième film qu'on voit de lui, et qui est pas si original que ça en définitif.

Pierre Murat : "Isabelle Huppert n'est vraiment pas bonne"
Pierre Murat : "Isabelle Huppert n'est vraiment pas bonne" / Haut et Court

Danièle Heymann : "j'ai raté le film"

Je ne pense pas que ce film soit raté mais moi j'ai raté le film. Tout est tellement appuyé : "Oh ! Mon dieu, elle est torturée par ses élèves !", "Oh les sales petits crétins de banlieue !", "Quand même, ils sont pas gentils !" Bon, très bien. Elle est foudroyée, on passe dans le fantastique. Et là le film bascule sans but. 

Avec ses pouvoirs exceptionnels, au lieu d'essayer de se remettre dans sa mission qu'elle ne peut pas accomplir d'enseignante remarquable , elle devient un espèce de monstre phosphorescent... Antihéros ? Pas du tout, elle punit ! Le propos du film m'est devenu complètement opaque. 

Romain Duris en proviseur de lycée de banlieue... ici accompagnant un élève
Romain Duris en proviseur de lycée de banlieue... ici accompagnant un élève / Haut et Court

Ecoutez

Ecoutez toutes les critiques échangées sur le film :

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.