Emmanuel Mouret adapte un passage de "Jacques le Fataliste", le roman philosophique de Diderot. Le film se déroule dans le XVIIIe siècle des "Liaisons dangereuses", avec la rhétorique de l’époque - où excellent Cécile de France et Edouard Baer. Qu'en ont pensé les critiques du "Masque & la Plume" ?

Cécile de France et Edouard Baer sur le tournage de “Mademoiselle de Joncquières” d'Emmanuel Mouret (2018).
Cécile de France et Edouard Baer sur le tournage de “Mademoiselle de Joncquières” d'Emmanuel Mouret (2018). © Pascal Chantier (Pyramide Distribution)

Le film résumé par Jérôme Garcin

L’adaptation d’un passage de Jacques le Fataliste, le roman philosophique de Diderot, par Emmanuel Mouret, le cinéaste de L’art d’aimer et de Caprice qui, pour la première fois, s’essaie au film à costumes. Des costumes qui vont très bien à Cécile de France et à Édouard Baer (que vous retrouvez tous les dimanches soir de 22h à minuit, pour Lumières dans la nuit, sa nouvelle émission sur France Inter).  

Madame de La Pommeraye (Cécile de France) est une jeune veuve qui s’est retirée du monde, mais a fini par céder aux avances du très libertin marquis des Arcis (Edouard Baer). Jusqu’au jour où elle découvre que le marquis s’est lassé de leur idylle. Elle décide alors de se venger avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières (jouée par Alice Isaaz) et de la mère de cette dernière, qui sont ce qu’on appelait alors des femmes de petite vertu. 

On est dans le XVIIIe siècle des Liaisons dangereuses, que Mouret filme avec une simplicité frontale, très rohmérienne, et par tableaux successifs, comme pour mieux faire entendre la rhétorique de l’époque où excellent Cécile de France et Edouard Baer.

Pour Xavier Leherpeur, Mouret va totalement à l'encontre des films d'époque

XL : Il fallait qu’Emmanuel Mouret arrive aux films à costumes car il y avait un côté suranné et très littéraire dans ses films contemporains… qui allaient toujours chercher des racines dans le théâtre, dans la littérature du XVIIe et du XVIIIe siècle… Et ce qu'il fait en terme de mise en scène et de reconstitution est extrêmement intéressant car il contredit l’habitude de ces films où on va s’arrêter sur la tasse de thé, sur le fauteuilqui attestent bien du travail du décorateur. Emmanuel Mouret n’en a pas grand-chose à faire, d’ailleurs il se débarrasse très souvent du superflu.

Il filme une histoire bouleversante, tragique... qui va jusqu’à la découverte du libre arbitre, malgré les conventions et ce que nous impose la société environnante.

Edouard Baer apporte dans cette langue du XVIIIe siècle quelque chose d’impulsif, d’instinctif, qui est contrebalancé par la rhétorique de l’époque.

Cécile de France, elle, travaille quelque chose qui est un langage de tête, qui va apporter de la variation, de la graduation. Alors qu’Edouard Baer est toujours sur le même premier degré, elle va travailler des nuances, elle va devenir carnassière, vengeresse, douce, amoureuse

Xavier Leherpeur : "C’est un film éminemment moderne et contemporain dans un siècle très bien reconstitué. "
Xavier Leherpeur : "C’est un film éminemment moderne et contemporain dans un siècle très bien reconstitué. " / Pascal Chantier (Pyramide Distribution)

Une déception pour Pierre Murat…

PM : À partir du moment où la marquise, prétextant une indifférence, fait avouer l’indifférence de son partenaire, on retombe dans la cruauté et le film est vraiment très bien.

À travers Cécile de France, Emmanuel Mouret parle de la cause des femmes, même s'il le fait un peu lourdement.

"Emmanuel Mouret est absolument incapable de montrer le temps qui passe… Ça dure pendant des années et tout ce qu’on montre c’est un arbre qui grandit : c’est quand même le minimum syndical de la métaphore pour montrer que le temps passe".
"Emmanuel Mouret est absolument incapable de montrer le temps qui passe… Ça dure pendant des années et tout ce qu’on montre c’est un arbre qui grandit : c’est quand même le minimum syndical de la métaphore pour montrer que le temps passe". / Pascal Chantier (Pyramide Distribution)

Sophie Avon a été impressionnée par le spectre d'émotion de Cécile de France

SA : La force du film vient de cette construction que Mouret apporte au livre de Diderot. Il est très fort car il arrive à croiser deux mouvements complètement contradictoires : une introspection collective et cette vengeance. Et pour qu'il y ait cette vengeance, pour que ce soit aussi cruel après avoir cru au bonheur de l’amour... Il fallait ce début : il fallait que Mme de Pommeraye croit qu’elle puisse séduire ce marquis des Arcis et qu’elle croit à ce bonheur.

Sophie Avon : "Cécile de France a ici un spectre d’émotion extrêmement large, qui passe en un quart de seconde de l’allégresse, feinte ou pas, à une grande tristesse."
Sophie Avon : "Cécile de France a ici un spectre d’émotion extrêmement large, qui passe en un quart de seconde de l’allégresse, feinte ou pas, à une grande tristesse." / Pascal Chantier (Pyramide Distribution)

Pour Eric Neuhoff, Emmanuel Mouret compte vraiment dans le cinéma français

EN : Malgré les costumes, Mouret est totalement dans son élément, car lui son terrain, ce sont les mots et à cette époque, l’art majeur c’est la conversation. Là, il est corseté par l’époque et ça lui réussit encore plus. Ça lui donne une liberté complète et les acteurs s’amusent beaucoup.

Mouret est un type qui compte vraiment dans le cinéma.

Eric Neuhoff : "Edouard Baer joue avec un ton à la fois moderne et démodé. Mais surtout, dans le personnage Cécile de France, on voit cette femme pleine d’espoir et de sentiments, s’aigrir. Elle rend très bien l’amertume et la vengeance."
Eric Neuhoff : "Edouard Baer joue avec un ton à la fois moderne et démodé. Mais surtout, dans le personnage Cécile de France, on voit cette femme pleine d’espoir et de sentiments, s’aigrir. Elle rend très bien l’amertume et la vengeance." / Pascal Chantier (Pyramide Distribution)

Écoutez

Ecoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du Masque & la Plume :

8 min

« Mademoiselle de Joncquières », Emmanuel Mouret - les critique du Masque et la Plume

Aller plus loin

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume réunis autour de Jérôme Garcin pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

À noter que d'autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.