Première heure à Cannes, sous le soleil. Déjeuner rapide avant l'obscurité des salles. Une femme du quartier, à l'évidence (les serveurs la saluent), boit un café. Blonde, la soixantaine, le visage un peu refait, corps sculpté par la gym. Le portable sonnne, elle répond à sa fille."Alors ma grenouille, cette montée des marches? Tu avais mis sur tes épaules le petit pull fin de maman? La petite tâche de yaourt ne t'a pas dérangée? Je l'ai faite ce matin sur la terrasse, désolée, ma grenouille... Alors, ce Jane Campion? Oh, comme ce doit être bien... Tout ce romantisme, tu sais que maman adore... Le 19è siècle, le coeur qui tressaille... Et Antoine?" Elle marque un temps et poursuit : "Oh, c'est normal, tu sais. Le romantisme n'intéresse pas les hommes. Les sentiments, le coeur, c'est exclusivement féminin. Bisous, ma grenouille. Ah, dis-moi, pense à refaire ton roux, un roux soutenu mais pas trop, bravo pour ton petit jean serré, et pense à me rappeler mardi pour me raconter le Almodovar!"

CANNES, C'EST REPARTI !
CANNES, C'EST REPARTI ! © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.