Faut-il aller voir "Marie-Francine" le film de, et avec, Valérie Lemercier ? Une comédie qui touche du doigt une réalité de la société française ? Ou un film pas drôle et attendu ?

Détail de l'affiche de "Marie-Francine" de et avec Valérie Lemercier
Détail de l'affiche de "Marie-Francine" de et avec Valérie Lemercier © Rectangle production, TF1, Gaumont, De l'huile, Scope

"Marie-Francine" présenté par Jérôme Garcin

Marie-Francine, c’est le 5e film comme réalisatrice de Valérie Lemercier avec… Valérie Lemercier, Patrick Timsit,Philippe Laudenbach, et Hélène Vincent qui jouent les parents. Valérie Lemercier interprète Marie-Francine Doublet, une femme cumularde parce que dès la première scène, elle est quittée par son mari, Denis Podalydès qui lui préfère une jeunette. Puis elle est virée de son boulot et est obligée de retourner vivre dans le 16e arrondissement bourgeois, catholique, chez ses parents. Ces derniers tiennent une boutique de cigarettes électroniques mais elle, elle en fume de vraies. C’est dans ce commerce, qu’elle fait la connaissance de Miguel, chef d’un restaurant portugais joué par Patrick Timsit.

100% Cachemire son précédent film était 100% raté. Mais là ?

Critique du film dans Le Masque et la Plume, avec Jérôme Garcin (France Inter) Pierre Murat (Télérama), Jean-Marc Lalanne (Inrockuptibles), Eric Neuhoff (Figaro) et Alain Riou (Obs).

Alain Riou : "Marie-Francine, un film chaleureux"

J’ai trouvé Marie-Francine adorable. Je suis d’accord avec toi sur 100 % Cachemire, mais on dirait que cette femme intelligente a tiré les leçons de l’échec du précédent film. Elle a vu ce qui ne fonctionnait pas, et elle a fait le contraire… C’est un film chaleureux, où les acteurs sont délicieux… Hélène Vincent et Podalydes ont un rôle drolatique. PatrickTimsit possède une chaleur considérable. Je ne l’ai jamais trouvé aussi bon que depuis Marquise de Véra Belmont

Jean-Marc Lalanne : "une vision assez juste de la France"

Jean-Marc Lalanne : j'aime bien cette vision assez juste d’une France aux mains des seniors. C’est très drôle. Et c’est plutôt bien vu sociologiquement, cette vision de la génération des parents de Valérie Lemercier, qui à plus de 70 ans continuent de diriger la France. Leurs enfants sont victimes d’une sorte d’adulescence prolongée. Et comme ils ont une santé effrayante, les septuagénaires continuent à jouir. Ils n’ont jamais connu la crise, et ils bloquent la transmission des pouvoirs et des initiatives dans la société française. Je trouve que Valérie Lemercier touche quelque chose de très juste, là.

Jérôme Garcin : J’hallucine !

Jean-Marc Lalanne : J’aime Valérie Lemercier, mais là j’ai l’impression que c’est plutôt moins bien réussi que Palais Royal ! La dépression de son personnage dont elle parle, atteint un peu le film. Il est comme la victime passive d’une forme un peu dépressive. Les tentatives de gags échouent, et il y a un problème de timing. Le résultat n’est pas très enlevé. Et parfois c’est même un peu embarrassant.

Jérome Garcin : Dans Palais royal !, on riait, là je ne vois pas à quel moment on peut sourire.

Alain Riou : Voir Hélène Vincent enfermée dans une machine à bronzer, c’est assez comique !

Eric Neuhoff : "10 minutes excellentes, mais la suite…"

C’est une très bonne comédie à la française à la condition de partir au bout de 10 minutes. Dès qu’elle arrive chez ses parents, on arrive dans un autre film. Alors que quand elle se fait larguer par Podalydes, on est dans un autre film, qu’elle perd son boulot, ça va vite… Et ensuite, on tombe dans le truc franchouillard démodé avec des bourgeois comme il n’en existe plus, qui parlent comme personne ne parle qui considèrent leur fille de 50 ans comme si elle en avait huit.

Ça ne marche pas du tout, des bourgeois ne vont pas offrir une boutique de cigarettes électroniques. C’est absurde. Ce sont des trucs qui foutent tout en l’air. En plus elle s’invente une sœur jumelle… Ça nous manquait ! Ça ne sert à rien. Tout est téléphoné, les dialogues sonnent faux…

Jérome Garcin : "C’est une comédie qui ne fait pas rire"

Eric Neuhoff : il y a un côté scatologique qui commence à devenir inquiétant : j’aime bien le "pipi-caca", mais là c’est laborieux. Non, le caca, il faut que ça glisse ! Et puis il y a un côté paresseux qui nous impose des chansons intégralement : une véritable plaie. Mais allez-voir les dix minutes. C’est ce qui m’a fait le plus rire depuis longtemps.

Jerome Garcin : Tu ne peux pas dire aux gens d’aller voir 10 minutes d’un film !

Eric Neuhoff : Mais si, ils seront contents : c’est 10% cachemire !

Ecouter l'extrait du Masque et la plume sur Marie-Francine :

Aller + loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.