Dans le "Grand Atelier" de Vincent Josse, Mathieu Amalric, dont le film "Barbara" sort aujourd'hui, a rendu un hommage appuyé à son double de cinéma, Arnaud Desplechin.

L'étreinte d'Arnaud Desplechin et Mathieu Amalric au Festival de Cannes en 2013 lors de la présentation du film" Jimmy P."
L'étreinte d'Arnaud Desplechin et Mathieu Amalric au Festival de Cannes en 2013 lors de la présentation du film" Jimmy P." © AFP / Anne-Christine Poujoulat

Les duos réalisateur / acteur sont légion dans l'histoire du septième Art : Josef von Sternberg et Marlène Dietrich, François Truffaut et Jean-Pierre Léaud, Sydney Pollack et Robert Redford, Martin Scorsese et Robert de Niro...

Arnaud Desplechin et Mathieu Amalric font partie de ces couples fusionnels : depuis 1992, ils ont tourné sept films ensemble : La Sentinelle (1992), Comment je me suis disputé(ma vie sexuelle) (1996), Rois et reine (2004), Un Conte de Noël (2008), Jimmy P. (2013), Trois souvenirs de ma jeunesse (2014) et Les fantômes d'Ismaël (2017).

Le déclic ne se fit pas sur le tournage de La Sentinelle (Amalric n'obtint pas le premier rôle), mais lors des essais de Comment je me suis disputé... En septembre 2013, pour Télérama, Arnaud Desplechin se souvenait : "Il était venu donner la réplique à Chiara Mastroianni, Emmanuelle Devos, Jeanne Balibar. Lui, je ne le filmais pas. J'ai été sidéré par sa façon de se laisser affecter par ses partenaires."

Avec chacune de ces actrices, il parvenait à être un autre homme, et c'est précisément cela que je cherchais : quelqu'un qui se laisse profondément affecter par les femmes qui jalonnent sa vie. Un acteur capable de se laisser altérer par la texture même du film, sans idées préconçues. Ça suppose un appétit et une curiosité qui m'ont infiniment séduit.

Arnaud Desplechin, invité du "Grand Atelier" de Vincent Josse ce dimanche, avait (c'est le principe de l'émission) carte blanche. Il a souhaité rencontrer - hors plateau - son acteur fétiche, Mathieu Amalric. Ce dernier a demandé qu'ils se voient dans le Bus 76. Pourquoi ce bus parisien ? Parce que c'est sur cette ligne, empruntée pour se rendre au studio de montage qu'Amalric a pensé et imaginé son Barbara qui sort aujourd'hui sur les écrans.

Une rencontre pendant laquelle l'éternel Paul Dedalus (du nom de son personnage mythique de Comment je me suis disputé...) rend un hommage vibrant au talent du réalisateur :

Arnaud, c'est Cole Porter. Il écrit les paroles et la musique en même temps. C'est d'une fluidité extraordinaire.

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.