On la savait déjà pas drôle, elle s'avère désormais sinistre : "J'ai un perroquet. Je l'ai appelé Jean Moulin, parce que, même sous la torture, il ne parle pas." Isabelle Mergault, gala.fr, 8 octobre Sans commentaire évidemment

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.