On peut s'énerver de découvrir que le vice-président d'Arte devienne producteur, le temps d'un été, sur France Culture. Il interviewe des actrices célèbres le samedi après-midi. Parfois, Culture n'échappe pas à la mondanité . Mais passée cette irritation légitime, on doit reconnaître que Jérome Clément qui n'est pas un professionnel du micro entretient certainement une relation intime ou de longue date avec les stars et que cette proximité sert l'interview. Ainsi, Catherine Deneuve. Jérôme Clément converse avec elle au bar du cinéma "le Panthéon", lieu très cosy du 5è arrondissement, fauteuils et canapés en cuir, decoré par l'actrice. Une heure d'entretien durant laquelle l'intervieweur se promène dans les jardins parfois secrets de la comédienne, comme son jardin d'ailleurs (les attachés de presse conseillent en effet aux journalistes qui s'apprêtent à interviewer Deneuve de ne pas l'énerver en témoignant leur admiration ou en lui demandant d'évoquer sa passion du jardinage !). Deneuve répond à tout, bavarde et souriante. La plus belle évocation reste celle de sa soeur aînée, Françoise Dorléac (leur mère était actrice et leur grand-mère, souffleur à l'Odéon) . La famille n'a pas fait son deuil encore de la mort accidentelle de la comédienne en 1967, à 25 ans . "J'ai perdu quelque chose de moi et si depuis j'ai bien vécu, sa présence me manque toujours", confie Deneuve. Françoise Dorléac avait fait le conservatoire. Sa soeur estime qu'elle aurait sans doute mené une double carrière au théâtre et au cinéma. "Elle me faisait penser à Jeanne Moreau, physiquement déja. Et puis elle aurait eu ce genre de parcours. Comme Jeanne, elle était décidée, en quête d'auteurs, avec le même regard sur la profession". Le théâtre est encore étranger à Deneuve, trop angoissée à l'idée de monter sur scène, "une épreuve", dit-elle . La star évoque pourtant une lecture publique en août lors d'un festival italien, en Toscane . Cette lecture vient d'avoir lieu. Il s'agissait de "Je me souviens" de Pérec, lu en français, en compagnie d'un acteur italien . Les spectateurs s'attendaient à une lecture surtitrée, mais point de traduction. Alors, ils ont sifflé, crié : "Voleurs, rendez-nous notre argent!" . Le scandale étant si violent, ils ont obtenu réparation : la possibilité d'assister à un autre spectacle. "Cette lecture en Toscane est un grand pas pour moi", affirmait la star au micro de Jérôme Clément. On imagine hélas que ce pas en avant sera suivi de trois pas en arrière . "Paroles d'actrices", France Culture, le samedi, cet été, de 14h à 15h.

Mi, fa, sol, la, mi, ré
Mi, fa, sol, la, mi, ré © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.