Un film d'Arnaud de Pallières avec Mads Mikkelsen.

Au XVIème siècle dans les Cévennes, le marchand de chevaux Michael Kohlhaas mène une vie familiale prospère et heureuse. Victime de l'injustice d'un seigneur, cet homme pieux et intègre lève une armée et met le pays à feu et à sang pour rétablir son droit.

Le film a reçu de nombreuses récompenses : Golden Iris Award , Cinelab Award , Cineuropa Award , Rtbf Tv Prize , Festival Du Film De Bruxelles

Arnaud de Pallières adapte à l'écran une nouvelle d'Heinrich Von Kleist , parue en 1810. L'histoire est inspirée de celle, réelle, d'un marchand allemand pendant la Renaissance. "Qu’un homme gagne, par son courage et sa détermination, la possibilité de prendre le pouvoir mais y renonce par droiture morale, est à mes yeux une des plus belles histoires politiques qu’on puisse raconter " explique le réalisateur.

Depuis qu'il a découvert le livre il y a 25 ans, Arnaud de Pallières hésite à l'adapter en film : "J’étais jeune [...]Je pensais donc devoir attendre une sagesse et une maîtrise… qui ne sont jamais venues. Et j’ai fini par me dire, 25 ans plus tard, que si j’attendais je ne sais quel don du ciel, je pourrais bien ne jamais faire ce film." Mais pourquoi une telle passion pour l'oeuvre de Kleist ? Qu'est-ce qui attire tant le réalisateur français dans cette histoire-là, précisément ? Il explique :

Comment un marchand respecté, mari aimant, père attentif, devient-il un véritable fanatique, pur corps porteur d’idée fixe ? Quelle puissance de mort se met soudain à l’oeuvre chez ce paisible commerçant d’il y a cinq siècles ? Il y a dans ces questions, malheureusement, l’essentiel de nos inquiétudes politiques pour le monde d’aujourd’hui.

Michael Kohlhaas est interprété à l'écran par Mads Mikkelsen , l'acteur danois qui a remporté l'an passé à Cannes le Prix d'interprétation pour La Chasse. Ce choix n'a pas été tout de suite une évidence pour Arnaud de Pallières : "Je ne voyais pas d’acteur français pour incarner Kohlhaas. Je cherchais l’équivalent d’un Clint Eastwood, avec trente ans de moins" . Le réalisateur a longtemps hésité, avant de voir "After the Wedding" (2010) et Mikkelsen en homme ordinaire, ce qui l'a finalement convaincu.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.