Avec un père compositeur et un oncle chef d'orchestre, la voie de Michel Legrand était toute tracée.

Michel Legrand
Michel Legrand © Maxppp / Thomas Padilla

Après des études très classiques au conservatoire,  il se prend de passion pour le jazz après avoir assisté en 1947 à un concert de Dizzy Gillespie (avec qui il collaborera quelques années plus tard, écrivant en 1952 les arrangements pour l'orchestre à cordes qui accompagnent le trompettiste dans ses concerts européens).

En 1951, alors qu'il n'a que 19 ans, il écrit des arrangements pour l'orchestre de son père, qui l'introduit dans l’univers de la chanson de variété, et commence une carrière d’accompagnateur et d'arrangeur pour Jacqueline François, Henri Salvador, Catherine Sauvage et Zizi Jeanmaire. Maurice Chevalier l'engage comme directeur musical.

Il se fait connaître aux Etats-Unis grâce à l'enregistrement de I love Paris, relecture jazzy de rengaines françaises. L'album reste en tête des ventes pendant plusieurs mois en 1954.

Au cours de sa carrière, le compositeur enregistre et travaille auprès de Miles Davis, Barbra Streisand, Stan Getz, Sarah Vaughan, Frank Sinatra, Oscar Peterson...

Le tournant des années 1960 et l'émergence de la Nouvelle Vague vont ancrer définitivement Michel Legrand dans le monde de la musique de film.

Il travaille pour Agnès Varda (Cléo de 5 à 7 en 1962), Jean-Luc Godard (Une femme est une femme en 1961, Vivre sa vie en 1962 et _Bande à par_t en 1964) et surtout Jacques Demy (Lola en 1961, Les Parapluies de Cherbourg en 1964, Les Demoiselles de Rochefort en 1967, Peau d'âne en 1970) avec qui il invente la comédie musicale à la française. Les Parapluies de Cherbourg sera primé à Cannes et Michel Legrand nommé aux Oscars pour son travail sur ce film.

Il décide alors de tenter sa chance à Hollywood et s'installe à Los Angeles. Son amitié avec Quincy Jones et Henry Mancin l'aide grandement à se faire une place dans ce milieu. Il compose en 1968 la bande originale de L'Affaire Thomas Crown de Norman Jewison et particulièrement la chanson The Windmills of Your Mind (Les Moulins de mon cœur) pour laquelle il recevra l'année suivante l'Oscar de la meilleure chanson originale.

Deux ans plus tard, il reçoit l'Oscar de la meilleure musique de film pour Un été 42 de Robert Mulligan (1971) dont la chanson-thème The Summer Knows est interprétée par Barbra Streisand. Entre 1971 et 1975, nommé vingt-sept fois aux Grammy Awards, il en remporte cinq. Il décroche un troisième Oscar pour Yentl de Barbra Streisand en 1983. Il a composé  plus de deux cents musiques pour le cinéma et la télévision.

La curiosité musicale de Michel Legrand et son goût de l'innovation l'ont fait osciller entre des tendances très diverses ; compositeur, arrangeur, orchestrateur, il est aussi un chef d'orchestre estimé et un pianiste virtuose de jazz. Michel Legrand a dirigé entre autres les orchestres de Pittsburgh, du Minnesota, de Buffalo, de Vancouver, de Montréal.

"Je suis simplement un passionné de la vie"... Son portrait par Culture Prime

Aller + loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.