Le réalisateur de films d'animation Michel Ocelot travaille à son métier depuis l'âge d'un an et demi (!), c'est dire si son être profond s'investit entièrement dans ses créations ! La preuve, ce mercredi 10 octobre 2018, dans plus de 500 salles de cinéma en France, avec sa dernière création, "Dilili à Paris".

Dilili chez Sarah Bernhardt dans le film de Michel Ocelot, "Dilili à Paris"
Dilili chez Sarah Bernhardt dans le film de Michel Ocelot, "Dilili à Paris" © Nord-Ouest Films

Au micro d'Eva Bester (Remède à la Mélancolie), le réalisateur Michel Ocelot affirmait récemment :

Je ne suis pas un être mélancolique.

Et de nous rappeler avec jubilation que, chaque jour, un acte positif suffit pour illuminer notre existence. En aucun cas, l'homme ne se pose en moraliste, mais plutôt en amoureux de l'instant. En effet, Michel Ocelot semble plutôt dans l'équilibre et la jubilation, en artiste heureux de partager sa créativité et ses films aux messages clairs et pourtant subtils et aux images saisissantes de beauté.

Michel Ocelot
Michel Ocelot © AFP / Yohan Bonnet

"Kirikou et la Sorcière"

Vous connaissez certainement Michel Ocelot depuis le film d'animation, Kirikou et la Sorcière. En 1998, la sortie de ce long-métrage fit l'effet d'une bombe dans le monde du film d'animation en France. 

Patiemment élaboré pendant six longues années, ce film sans publicité aucune, mais pour lequel le bouche à oreille a su accomplir des miracles et inaugura la carrière de Michel Ocelot. 

Devant le succès du dessin animé, les producteurs français se disent pour la première fois qu'il est possible de gagner de l’argent avec un film d'animation : c'est la révolution Kirikou ! La production française se donne alors les moyens de proposer des films plus souvent tout en conservant une offre diversifiée (des Triplettes de Belleville à La Tortue Rouge en passant par Ernest et Célestine, il y a quand même quelques mondes...). Et surtout, surtout, la production française reste (pour l'instant) libre des contraintes du marketing.

Répondant à Augustin Trapenard (Boomerang) au sujet de son cheminement artistique, Michel Ocelot a témoigné de la nécessité de garder son intégrité dans toute démarche, une attitude qui sera souveraine dans le cas de Kirikou :

36 sec

Michel Ocelot : « Ne jamais céder »

Par Augustin Trapenard

Et voici qu'aujourd'hui, Michel Ocelot présente son nouveau film, Dilili à Paris... Dans ce septième opus et comme dans ses films précédents, Michel Ocelot entend dénoncer l'oppression des plus faibles, mais avec éclat et élégance, pour finalement, réenchanter le monde :

23 sec

Michel Ocelot : « Dénoncer l'oppression des femmes et des petites filles »

Par Augustin Trapenard

Alors… Rendez-vous au cinéma ?

Aller plus loin

📖 Les femmes et les filles à l'honneur dans le nouveau film de Michel Ocelot

🎧 Il était une fois Michel Ocelot : Michel Ocelot au micro d'Augustin Trapenard (Boomerang)

🎧 Michel Ocelot sur France Inter : tous les entretiens, tous les articles...

🎧 Michel Ocelot : "Je ne suis pas un être mélancolique" : Michel Ocelot au micro d'Eva Bester (Remède à la mélancolie)

Image extraite de "Dilili à Paris" de Michel Ocelot, dessin animé sorti sur les écrans le 10 octobre 2018
Image extraite de "Dilili à Paris" de Michel Ocelot, dessin animé sorti sur les écrans le 10 octobre 2018 / Nord-Ouest Films
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.