Récompensé de l'Oscar du meilleur réalisateur à deux reprises, le Tchèque Milos Forman est décédé paisiblement aux États-Unis, entouré de sa famille, selon les déclarations de son épouse. Il avait 86 ans.

Milos Forman en 1985 après avoir reçu un second Oscar du meilleur réalisateur, pour Amadeus.
Milos Forman en 1985 après avoir reçu un second Oscar du meilleur réalisateur, pour Amadeus. © AFP

Le réalisateur d'origine tchèque Milos Forman, qui avait remporté l'Oscar du meilleur réalisateur pour ses films Vol au-dessus d'un nid de coucou et Amadeus, est décédé à l'âge de 86 ans, rapporte samedi l'agence de presse tchèque CTK.

Devenu américain dans les années 70 après l'écrasement du Printemps de Prague par les troupes soviétiques en 1968, Milos Forman est mort vendredi aux États-Unis des suites d'une maladie, a indiqué sa veuve, Martina, "paisiblement, entouré de sa famille et de ses proches".

Dressé contre le régime communiste

Né le 18 février 1932 dans la ville de Caslav à l'est de Prague, Milos Forman a perdu ses parents dans les camps de concentration nazis. Dans les années 1960, il rejoint la Nouvelle vague de cinéastes se dressant contre le régime communiste dans l'ex-Tchécoslovaquie. Il se fait alors connaître grâce à ses films L'As de pique, Les amours d'une blonde et Au feu, les pompiers.

Peu de temps avant l'occupation de la Tchécoslovaquie par les forces du Pacte de Varsovie en 1968, qui a mis fin à une période libérale connue sous le nom de Printemps de Prague, Forman part vivre aux États-Unis, via la France.  Sa carrière outre-mer commence avec Taking Off en 1971, suivi quatre ans plus tard par Vol au dessus d'un nid de coucou qui apporte à Forman son premier Oscar du meilleur réalisateur.  

En 1983, il retourne à Prague, encore sous le régime communiste, pour tourner Amadeus qui lui apporte son deuxième Oscar.

Parmi ses autres films figurent notamment Hair (1979), Ragtime (1981), Valmont (1989) et Larry Flynt (1996), qui lui a valu une nouvelle nomination aux Oscars, ainsi que L'homme sur la lune (1999) et Les fantômes de Goya (2006).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.