Jan Kounen, le réalisateur de "Dobermann" et de "99 francs" signe une comédie dans laquelle il est question de retrouvailles entre deux cousins à l'occasion d’une affaire intéressante qui doit bientôt être conclue . Les critiques n'ont salué que l'interprétation des deux acteurs…

Les acteurs Vincent Lindon et François Damiens dans le film "Mon cousin" de Jan Kounen
Les acteurs Vincent Lindon et François Damiens dans le film "Mon cousin" de Jan Kounen © ESKWAD - PATHE FILMS -TF1 FILMS

Le film présenté par Jérôme Garcin

Avec Vincent Lindon, François Damiens, Pascale Arbillot. 

Pierre (joué par Vincent Lindon) est le PDG d'une grande entreprise familiale de boisson à laquelle il sacrifie sa femme, ses enfants, bref, sa vie privée. Pierre a un cousin, Adrien (c'est François Damiens), qui détient 18 % du capital du groupe et dont il a besoin pour signer un contrat important avec un cru bordelais. Autant Pierre est égoïste, tyrannique, autant Adrien est fragile, idéaliste, gaffeur, rêveur. Évidemment, on pense au tandem Depardieu/Pierre Richard dans "La chèvre". Seulement voilà, Jan Kounen, me semble-t-il, est un peu moins fait pour ça que Francis Veber.

Il y a tout dans la bande annonce, et rien de plus

Pour Sophie Avon, "le film démarre très bien… Sauf que ça devient vite répétitif et qu'on finit par s'ennuyer"…

SA : "Sur un modèle comme celui-là, archi-classique, d'opposition de caractère, on attendait de Jan Kounen qu'il mette un peu d'imagination, un peu d'inventions, un peu de poivre, un peu de muscle, un peu d'originalité… 

Résultat, je trouve le film horriblement plan-plan…

Au départ, le film tient un petit peu la route parce qu'il y a eu une présentation, on plante le décor, on a affaire à deux cas différents. C'est toujours très réjouissant de voir ce à quoi on s'attend, en l'occurrence ici ce sont deux opposés. 

Le couple Vincent Lindon et François Damiens est plutôt réussi

Vincent Lindon fait du Vincent Lindon et il est très bien lorsqu'il fait du Vincent Lindon et François Damiens fait du François Damiens. Il est très bien aussi en rêveur qui étreint les arbres et qui rêve d'être en harmonie avec la nature et qui dégouline d'affection et de sensibilité. Vincent Lindon ne pense qu'à son fric, en grand bourgeois disposant d'une grande société. Ils sont très bien tous les deux. 

Le film démarre très bien mais le problème, c'est qu'il s'arrête là. Le film est quand même un peu court et on a vraiment le sentiment que Jan Kounen cherche comment il va pouvoir rebondir. Malheureusement, il n'y arrive pas. Le film devient vite répétitif. On a l'impression qu'il essaie de boucher des trous sans arrêt. Tout cela pour arriver à une fin où ils essaient de mettre un petit peu de tendresse, un peu de transgression, un peu de provocation". 

On s'ennuie beaucoup, on ne rit pas beaucoup et, à la fin, c'est d'une mièvrerie…

Eric Neuhoff regrette que "le film n'avance jamais vraiment"…

EN : "C'est vraiment un film qui patine. Ça n'avance jamais

C'est comme une voiture où le conducteur voudrait accélérer mais il a oublié de débloquer le frein à main…

Ce sont deux bons acteurs, l'image est assez propre, c'est joliment filmé, il y a des moyens, mais on se demande ensuite où ça va ? 

Il y a un truc inquiétant, c'est que Lindon est coproducteur. Il a le droit. Mais on voit aussi qu'ils sont trois à avoir écrit les dialogues dont Lindon. C'est trop. De fait, on ne sait pas où le film veut aller

Il y a une scène dans un château bordelais, un dîner où tout est téléphoné, tout est trop long. Il tire à la ligne, il tire à la corde. On a vraiment envie de dire : "Francis Veber, revient, ils sont devenus fous !…" (Ou pas assez)

Pour Nicolas Schaller, "c'est un film beaucoup trop sage qui ne sait pas trop vers où il va…"

NS : "C'est vraiment un film d'acteurs-producteurs. Je pense qu'il y avait un projet différent au départ et Jan Kounen le dit lui-même, c'est vraiment son producteur qui lui a mis entre les mains. 

C'est un film qui est beaucoup trop sage, qui veut un peu célébrer la folie à travers un personnage vraiment trop sage, qui veut un peu remuer ce personnage de bourgeois, sans jamais trop le bousculer. 

J'ai l'impression que Vincent Lindon a un peu parasité le film. Il a voulu ne pas aller trop loin, que son personnage soit toujours crédible, on sent qu'il s'est amusé dans les scènes de rêve, mais c'est presque hors sujet. Surtout, tout au long du film, il y a des petites critiques de ce personnage capitaliste indifférent à son entourage. Et finalement, on arrive à une espèce de petite réconciliation filiale qui s'arrange assez complaisamment de tout ce qu'il a critiqué". 

C'est un film qui ne sait pas trop où il va, mais qui n'est pas aussi catastrophique que bon nombre de comédies françaises du genre qu'on voit tous les jours

Pour Pierre Murat, "seuls Vincent Lindon et François Damiens sauvent le film"

PM : 

Jan Kounen est un très mauvais réalisateur et il le prouve encore ici

"Moi j'aime beaucoup la caméra qui bouge mais il n'est pas Max Ophuls. Parce que, là, sa caméra bouge tout le temps mais on ne sait pas pourquoi. C'est filmé avec les pieds… Jan Kounen est un des plus mauvais réalisateurs qu'on ait actuellement

Je suis d'ailleurs presque surpris parce qu'il y a un scénario ultra classique, vous avez parlé de Francis Veber et c'est un peu comme L'emmerdeur d'une certaine façon. 

C'est ultra classique mais c'est sauvé en grande partie par les deux comédiens

Grâce à eux ça devient un petit peu respirable. Et il y a quand même une très belle scène dans un avion en perdition qui est vraiment très très réussie. Je m'attendais à une telle catastrophe que, finalement, les deux acteurs ont apporté quelque chose d'épatant".

Le film

► Au cinéma depuis le 30 septembre 

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

6 min

"Mon cousin" de Jan Kounen

Par Jérôme Garcin

► Retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.