Vincent Josse a entièrement raison de tresser des louanges parfaitement méritées au nouveau film de Cédric Kahn, Une vie Meilleure, avec un trio d'acteurs au plus haut niveau. Ce cinéaste beaucoup plus doué qu'inégal a su éviter tous les pièges du mélo social et donner à son film la beauté d'une "histoire simple" qui n'aurait pas déplu à Claude Sautet (on oublie trop souvent que ce dernier fut aussi le peintre inspiré d'une France en proie à des difficultés sociales croissantes. Il y a dans Une vie meilleure une empathie sans complaisance pour des personnages que la machine sociale s'emploie à broyer.

Affiche Louise Wimmer
Affiche Louise Wimmer © radio-france

Même constat, même efficacité (au bon sens du terme), même empathie exigeante chez Cyril Mennegun et sa Louise Wimmer. Hasard du calenfrier ou non, peu importe : ces deux films aussi différents que semblables sont sortis sur les écrans le même jour et méritent d'avoir le même nombre de spectateurs lesquels seront assurément comblés.

Il ne faut pas que le rouleau compresseur médiatique Canet écrase le tandem "inconnu" Mennegun-Masiero. Tant mieux pour le premier s'il sert ainsi le film dont il est la vedette (et d'autant plus que c'est à mon sens son meilleur rôle à ce jour), mais gare à l'effet secondaire d'une désaffection du public pour le second. Si on est subjugué à juste titre par la figure de Canet, on l'est tout autant par celle de Corine Masiero incroyable de justesse et de force pour incarner sa Louise Wimmer. Comment entraîner tant d'empathie quand on n'est pas "aimable" au sens commun du terme ? Et d'ailleurs comment être "aimable" quand la vie vous contraint à coucher dans votre voiture et à faire d'un box de HLM l'unique refuge de vos affaires ? Comment être "aimable" quand trouver un toit devient un combat perdu d'avance ou presque ? Louise W. nous est d'autant plus proche malgré tout et malgré elle que tout nous invite chaque jour à nous identifier à sa descente aux enfers. Crise sociale oblige, la dégringolade est au coin de la rue. La force de Mennegun est de ne jamais lâcher son héroïne, pas plus qu'elle même ne lâche jamais rien. C'est en ce sens aussi que les deux films dont il est ici question se rejoignent et loin de se faire de l'ombre se renforcent. Bon, puisque tout le monde a vu Intouchables (!), il serait temps de passer à autre choses, non ? Louise Wimmer aujourd'hui et Une vie meilleure demain, c'est le programme ciné que je vous propose pour ce week end. Si vous m'en croyez, quand on aime le cinéma, il n'y a pas mieux en ce moment ! Alors, bons films et bonne fin de semaine !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.