Le film de Delphine Lanson
Le film de Delphine Lanson © Radio France

Les images et le son sont un peu amateurs, mais peu importe si "Naître père" n'est pas un grand film de cinéma. Ce documentaire de Delphine Lanson dégage une force, une émotion et beaucoup de joie.

Ici, un couple d’amoureux, de garçons amoureux, éprouve l'envie d’enfants. Pour ces deux hommes, il est naturel d’avoir ce désir là, le désir d’être père. Alors, pourquoi pas eux?

Ils font appel à une Américaine du Wisconsin, où la GPA (gestation pour autrui) est admise.

Alors, commence un road-moovie entre Paris et le Wisconsin, entre le canal Saint Martin du couple parisien et la ferme où vit Coleen, l'américaine avec son mari et leurs triplées. Nous suivons l’évolution de sa grossesse et le rapport qu’elle et sa famille entretiennent avec les deux futurs papas, un lien étroit et affectif. Ils se parlent régulièrement par skype, constatent le ventre qui grossit (elle attend des jumeaux) et le couple français visite la mère porteuse, pour se connaître, pour accompagner. Le deal est clair: Coleen fait ça, dit-elle, par altruisme, pour rendre service (il n'est jamais question d'argent, même si un échange financier a forcément eu lieu).

Tout se passe bien. Même quand les garçons laissent Colleen pour repartir avec les bébés en France. C’est idyllique, trop? Peut-être, mais c’est ainsi que cette histoire privée qu'il nous est donné de voir s’est déroulée.

L’amour qui déborde dans "Naitre père" est tellement manifeste qu’il fait du bien, après les dérapages verbaux entendus lors du débat sur le mariage pour tous.

Ce film participe au débat avec un cas précis, un cas de GPA assumé où chaque partie y trouve son compte, dans un profond respect commun.

Mots-clés :
Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.