La 70e édition du festival, très classique dans sa sélection, prendra quelques risques sur la forme. Quitte à faire grincer des dents du côté des professionnels...

Pedro Almodovar présidera le jury du 70e festival de Cannes
Pedro Almodovar présidera le jury du 70e festival de Cannes © Reuters / Jean-Paul Pelissier

Cette année, 18 films seront en compétition pour la Palme d'or, avec plusieurs habitués des tapis rouges en première ligne. Le festival s'ouvrira avec "Les Fantômes d'Ismaël", d'Arnaud Desplechin (hors compétition), qui sortira également en salle le jour de l'inauguration le 17 mai.

Une sélection très cannoise

Les films qui se disputeront la Palme d'or seront cette année :

  • Loveless, de Andrey Zvyagintsev (Russie)

  • Good Time, des frères Safdie (États-Unis)

  • You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay (Grande-Bretagne)

  • L'Amant Double, de François Ozon (France)

  • Jupiter's Moon, de Kornel Mandruczo (Hongrie)

  • A Gentle Creature, de Sergei Loznitsa (Ukraine)

  • Mise à mort du cerf sacré, de Yorgos Lanthimos (Grèce)

  • Radiance, de Naomi Kawase (Japon)

  • The Day After, de Hong Sangsoo (Corée du Sud)

  • Le Redoutable, de Michel Hazanavicius (France)

  • Wonderstruck, de Todd Haynes (États-Unis)

  • Happy End, de Michael Haneke (Autriche)

  • Rodin, de Jacques Doillon (France)

  • The Beguiled, de Sofia Coppola (États-Unis)

  • 120 battements par minutes, de Robin Campillo (France)

  • Okja, de Bong Joon-Ho (Corée du Sud)

  • In the Fade, de Fatih Akin (Allemagne)

  • The Meyrowitz Stories, de Noah Baumbach (États-Unis)

Côté Français, Michel Hazanavicius fera venir Jean-Luc Godard sur la Croisette sous les traits de Louis Garrel, qui joue le réalisateur dans "Le Redoutable". François Ozon, Jacques Doillon et Robin Campillo seront les trois autres tricolores en compétition.

Des nouveautés qui ne plaisent pas à tout le monde

Cette 70e édition est aussi l'occasion de dépoussiérer le festival de plusieurs manières. D'abord, avec une avant-première très attendue, présentée par David Lynch, qui vient à Cannes avec non pas un film... mais une série : Twin Peaks, dont la troisième saison sera présentée (en tout cas, ses deux premiers épisodes) en séance spéciale. Tout comme la série Top of the Lake, de Jane Campion, qui sera diffusée en intégralité.

Les séries, c'est aussi la spécialité de Netflix, le géant américain de la vidéo en ligne, qui sera présent sur la Croisette avec deux films, "The Meyerowitz Stories" et "Okja". Un invité un peu gênant pour les habitués du festival et les professionnels du cinéma, qui voient souvent dans le diffuseur un concurrent déloyal aux salles obscures (puisque les deux longs-métrages seront diffusés sur Netflix, sans doute sans sortie en salles). La réaction du fondateur des sociétés de production BAC, Mars et Wild Side ne s'est d'ailleurs pas fait attendre.

Amazon a également produit un film en compétition, "Wonderstruck", qu'il souhaite aussi diffuser en salles.

Enfin, la réalité virtuelle va elle aussi s'inviter à Cannes, par la grâce d'un film réalisé par Alejandro Gonzalez Inarritu ("21 Grammes", "Birdman"). Thierry Frémaux, délégué général du Festival, assure que ce travail "très extraordinaire fait rentrer l'hypothèse que la réalité virtuelle est déjà un art employé par les metteurs en scène d'aujourd'hui". On attend de voir les invités prestigieux du festival avec leur casque.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.