Presque dix ans après "Neuilly, sa mère", voici la suite "Neuilly sa mère, sa mère !" de Gabriel Julien-Laferrière, avec Samy Seghir, Denis Podalydès, Josiane Balasko, François-Xavier Demaison, Valérie Lemercier, Élie Semoun… Bref, on prend les mêmes et on recommence. Ou presque.

Le film est sorti depuis le 8 août 2018. (sur l'image : Samy Seghir, Denis Podalydès, Jérémy Denisty)
Le film est sorti depuis le 8 août 2018. (sur l'image : Samy Seghir, Denis Podalydès, Jérémy Denisty) © SND

Le film résumé par Jérôme Garcin 

Après avoir quitté sa cité de Chalon-sur-Saône pour habiter chez sa tante à Neuilly, Sami Benboudaoud fait de brillantes études de sciences politiques, tandis que la famille des Chazelle, ruinée, doit quitter Neuilly et se réfugier dans la cité Picasso de Nanterre. 

Avec toujours  Samy Seghir et Denis Podalydès, mais aussi un nombre hallucinant de guest stars : Josiane Balasko,  François-Xavier Demaison, Valérie Lemercier, Élie Semoun, Gérard Miller, Éric Dupond-Moretti, Jean-Jacques Bourdin, Arnaud Montebourg, Julien Dray et même Sophia Aram et Charline Vanhoenacker.

Michel Ciment s'est endormi

On a à peine le temps de voir toutes ces stars parce que le montage est trop rapide - le film a un montage tellement nerveux que c'est complètement soporifique !

Arnaud Montebourg est très heureux de faire un film assez démagogique où tous les politiciens sont épouvantables, et en particulier le maire de Nanterre qui a essayé de noyauter tous les partis politiques et qui se retrouve sur une liste socialiste et est élu maire... 

Xavier Leherpeur a trouvé le film "complètement raté"

Ça veut évoquer tous les sujets : le déterminisme social et toutes les pannes d'ascenseur possibles (aussi bien dans les HLM qui sont désertés que dans la panne de l'ascenseur social puisque c'est le principe du personnage principal qui essaie de faire Sciences Po). Le film évoque aussi l'homosexualité dans les banlieues et c'est consternant parce que rien n'est écrit ; c'est balancé comme ça dans un scénario sans enjeu, sans queue ni tête... 

On n'en a rien à faire ! Les acteurs sont mauvais ! Il n'y a pas de chef opérateur, c'est filmé au téléphone portable, c'est horriblement laid en terme d'image, il n'y a pas de mise en scène. 

Sophia Aram s'en sort un tout petit peu mais Valérie Lemercier est catastrophique de caricature.

Eric Neuhoff a estimé que ce film était "une chose indigne"

C'est à peine un cran au-dessus de cet horrible truc qui s'appelait Les Tuche... mais à peine. 

C'est un peu le même genre d'esprit : bâclé, démago, bête

On est gênés pour Podalydès,là. Pour la peine, il devrait même être exclu de la Comédie française !

Eric Neuhoff : "On est gênés pour Podalydès,là !"
Eric Neuhoff : "On est gênés pour Podalydès,là !" / SND

Pierre Murat y a vu un film "nul" et "démago"

La seule qui a de la chance, c'est Rachida Brakni parce qu'elle a été dans le premier épisode et, elle était occupée ailleurs et a disparu dans le deuxième !

Ecoutez

Ecoutez l'ensemble des critiques échangées à propos du film sur le plateau du Masque et la Plume :

3 min

"Neuilly sa mère, sa mère !" de Gabriel Julien-Laferri : les critiques du Masque & la Plume

Aller plus loin

Xavier Leherpeur : "Valérie Lemercier est catastrophique de caricature" (ici, elle fait face à François-Xavier Demaison)
Xavier Leherpeur : "Valérie Lemercier est catastrophique de caricature" (ici, elle fait face à François-Xavier Demaison) / SND
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.