La Mairie du 18e a souhaité célébrer l’ouverture du Louxor-Palais du cinéma, à travers une exposition participative intitulée « Nos cinémas de quartier ».

Le projet d’exposition est né de la volonté de capter la mémoire volatile, la parole de la culture populaire, pour mieux fixer et partager, ces témoignages et documents qui s’évaporent inexorablement. L’exposition présente des installations vidéos, des photographies, des textes de présentation des salles des anciens cinémas de quartier, des témoignages et des documents, souvent inédits, sur ces salles, formant un corpus de près de 30 cinémas.

Entre la place Clichy et le carrefour Barbès, il est proposé de suivre un film invisible de 1,8 km qui chemine à la frontière des trois arrondissements et redonne vie à 24 cinémas de quartier. Depuis la Libération jusqu’à la fin des années 1980, 24 cinémas, comme 24 images / seconde, ont scintillé de leurs façades de lumière sur cette portion en clair obscur des boulevards. C’était la plus forte concentration parisienne de salles de quartier, rivalisant par le nombre avec les Champs Elysées, les Grands Boulevards et le Quartier Latin. De cet âge d’or des «24 cinémas», seule la place Clichy a su résister à cette érosion. Cette promenade, non exhaustive, se prolongera jusqu’à la Goutte d’Or, Montmartre et aux alentours du Louxor.

Ce parcours a été réalisé avec la participation et le soutien d'habitants, cinéphiles, jeunes, moins jeunes, de toutes origines, amoureux de la ville et du cinéma, venus parler avec gourmandise du cinéma d’hier et d’aujourd’hui, de cette proximité tant géographique qu’affective qu’ils entretiennent avec les salles et le cinéma en général. Bien patrimonial commun, lieu de culture, de transition, de projection et d’émancipation, la salle de cinéma est un espace de partage et de rencontre ouvert sur le monde.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.