Elles sont provocantes, protestent seins nus et parlent de faire la guerre. Au patriarcat, aux dictateurs, à la prostitution, et aux religions ! Et elles sont prêtes à payer le prix pour cela. La prison ou l’exil. Comme Inna Schevchenko, vingt-deux ans, ayant fui l’Ukraine pour Paris après avoir tronçonné la croix de Kiev en soutien aux Pussy Riot.

Comme Aliaa El Mahdy, vingt et un ans, menacée de mort pour avoir dénoncé le sexisme en Egypte en posant nue sur internet. Ces nouvelles héroïnes forment une Internationale. Celle des femmes protestant par leurs corps pour continuer à revendiquer le droit de disposer de leurs corps. Ce film raconte leur histoire. Une rencontre choc et haletante avec des guerrières universelles et 2.0. Depuis l’origine du mouvement féministe ukrainien, né sur les décombres de la révolution Orange, en réaction aux proxénètes grignotant le bloc post-soviétique, jusqu’au combat des femmes arabes contre les islamistes dévorant le monde arabe post-révolutionnaire. En passant par leur nouveau sanctuaire féministe et laïque : le Centre international des FEMEN à Paris, d'où elles ont mené leurs assauts contre CIVITAS et les intégristes opposés au Mariage pour tous.

Août 2012. Alors que les féministes du groupe Punk Pussy Riot sont condamnées à deux ans et demi de camp en Russie, les FEMEN, ces féministes ukrainiennes qui protestent seins nus, décident de tronçonner la croix qui surplombe la principale place de Kiev en signe de protestation. Depuis cet acte, hautement subversif, Inna Shechenko, la briseuse de croix, est en fuite. C'est à Paris quelle vient se réfugier et les FEMEN y ouvrent leur premier Centre international, au Lavoir Moderne, un centre culturel alternatif de la Goutte d’or, où se rejoignent désormais tous les visages de ce nouveau féminisme… Elles luttent pour le droit à disposer de son corps en affichant leurs seins, comme seule arme...

Leur combat résonne d’autant plus fort qu’il touche un point sensible: le corps des femmes que toutes les religions entendent contrôler et qui devient souvent le meilleur indicateur du degré de liberté d’un pays. Les FEMEN se battent contre la prostitution, les religions et les dictatures. Elles ont même été jusqu’à mener des actions périlleuses en Biolérussie. Ce qui a valu à trois d’entre- elles, Inna, Oksana et Sasha, d’être enlevées et torturées.

Leur combat est universel, il interpelle aussi les féministes du monde arabe, qui se battent pour ne pas avoir l'obligation de cacher leur corps. C’est d’ailleurs pour mener ensemble une première action contre la burqa, à Paris, que Safia Lebdi (ancienne de Ni putes ni soumises) est allée chercher les FEMEN une première fois… Ce jour-là, elles sont arrivées couvertes du voile intégral place du Trocadéro, pour se dénuder et dévoiler leur slogan — “Intégrisme dégage” — tatoué sur leurs corps. FEMEN est en train de devenir un phénomène international.

Leurs couronnes de fleurs — typiquement ukrainiennes — sont brandies au Brésil, en Allemagne et à Tunis. Même si là-bas, il n’est pas question d’actions seins nus, et encore moins d’attaquer la religion ! Aliaa Al Mahdy, célèbre blogueuse égyptienne, a eu ce courage: elle a posté sur internet une photo d’elle nue pour dénoncer la pression sur le corps des femmes. Aujourd’hui, elle est réfugiée en Suède, et se considère comme FEMEN. Pendant le référendum sur la constitution voulue par les islamistes, elle et les FEMEN (dont Inna) sont allées dénoncer le projet de constitution en Égypte. Nues devant l’ambassade égyptienne de Stockholm avec ce slogan inscrit sur le corps “Le Coran n’est pas une constitution”. Inna, Oksana, Safia, Loubna, Aliaa et les autres forment la nouvelle internationale féministe.

Derrière les postures et les seins nus, c’est une véritable stratégie, un nouveau mode d’action qui est en passe de révolutionner notre imaginaire. De nouvelles icônes, impressionnantes de vie et de force, à découvrir dans ce film.

Documentaire. Ecrit et réalisé par Caroline Fourest et Nadia El Fani. Produit par Nilaya productions. Avec la participation de France Télévisions et C.N.C..

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.