Un film de Jim Jarmuschavec Tom Hiddleston, Tilda Swinton, Mia Wasikowska et John Hurt

Dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les activités humaines, retrouve Ève, son amante, une femme endurante et énigmatique.Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Ève, aussi extravagante qu’incontrôlable.Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?

Depuis Stranger than paradise en 1983 Jim Jarmusch a présenté quasiment tous ses films au Festival de Cannes. Lauréat de la Caméra d'or en 1983, il remporte la Palme d'or du court-métrage dix ans plus tard pour son "Coffee and Cigarettes (Somewhere in California)" où Iggy Pop et Tom Waits digressent autour d'une tasse de café. En 2005, il repart avec le Grand Prix pour le lent et dépouillé Broken Flowers, dédicace au cinéaste Jean Eustache. Only Lovers Left Alive est le deuxième long-métrage du réalisateur ayant été sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes, après le carcéral Down by law (1986).En mai dernier, Laurence Peuron nous plongeait dans l'univers du réalisateur

Pour survivre et vivre encore de nombreux siècles, le couple de vampires doit se procurer du sang humain. Côté nourriture terrestre, les deux amants ont un penchant pour la littérature britannique puisque les meilleurs amis d'Adam ne sont autres que Mary Shelley et Lord Byron. Adam a même passé un été en leur compagnie, ce même été où la femme de lettres a conçu son "Frankenstein". Jim Jarmusch ne s'arrête pas là quant aux références à l'histoire littéraire car le personnage incarné par l'acteur John Hurt n'est autre que Christopher Marlowe, célèbre poète de l'ère élisabéthaine.

"Mon scénario est en partie inspiré du dernier livre de Mark Twain, La vie privée d’Adam et Eve, bien qu’aucune référence directe ne soit établie - mis à part les noms des personnages. Ces deux amants sont l’archétype des êtres en marge, menant une vie de bohème, extrêmement intelligents et sophistiqués, et pourtant toujours pleinement habités par leur instinct animal. Ils ont parcouru le monde et connu une multitude de chosesextraordinaires, vivant toujours aux confins les plus obscurs de la société. Tout comme leur propre histoire d’amour, la vision qu’ils ont de l’histoire humaine est vieille de plusieurs siècles pour la simple raison qu’ils sont vampires.Mais il ne s’agit pas d’une histoire banale de vampires. Le vampire est une métaphore significative – un moyen de placer dans un certain contexte les intentions plus profondes du film." Il aura fallu sept ans à Jim Jarmusch pour récolter les fonds nécessaires à la réalisation de Only Lovers Left Alive : "Personne ne voulait nous donner de l'argent. Les films qui sortent un peu de l'ordinaire, qui ne sont pas calibrés pour un large public, ont du mal à exister aujourd'hui. Mais c'est là toute la beauté du cinéma de donner à voir différents genres de film".
Tilda Swinton
Tilda Swinton © Le Pacte
### Le coin du cinéphile Avec Only Lovers Left Alive, Tilda Swinton retrouve pour la troisième fois le réalisateur américain, après Broken flowers (2005) et The Limits of Control (2009) où elle jouait un petit rôle, déjà aux côtés de John Hurt.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.