Après "Monsieur et Madame Adelman", Nicolas Bedos réunit Daniel Auteuil, Fanny Ardant, Guillaume Canet, Doria Tillier et Pierre Arditi dans un passé recomposé aux côtés de Victor qui, en pleine désillusion, revit son premier amour. Le film est-il aussi bien "épatant", "émouvant" que "sombre" et "complexe" ? Bilan.

"La Belle époque" : Daniel Auteuil et Guillaume Canet
"La Belle époque" : Daniel Auteuil et Guillaume Canet © Julien Panié / Pathé Distribution

Le film présenté par Jérôme Garcin 

Un couple antinomique : pour Victor (Daniel Auteuil), la belle époque, c’était hier. Au contraire, pour sa femme, Marianne (Fanny Ardant), c’est demain. Lui est un dessinateur de presse qui regrette le bon vieux temps. Elle est psychanalyste et hyper-connectée et finit par virer son mari bougon. Le fils, ému par le désarroi de son père, lui offre de revenir en arrière et en appelle à son copain Antoine (Guillaume Canet), qui propose à des clients fortunés de replonger dans l’époque de leur choix. Pour Victor, ce sera l’année 1974 et le bistro enfumé où il vit apparaître, un jour, la belle Marianne, qui a les traits de Doria Tillier.

Eric Neuhoff a adoré

EN : "C'est un vrai bonheur, je trouve cela épatant dans tous les sens du terme. J'ai adoré, je trouve que c'est une très belle idée de revivre comme cela la plus belle journée de sa vie. 

Daniel Auteuil, c'est son meilleur rôle depuis "Les Sous-doués". Il y a un effet jouvence dans ce film. Fanny Ardant est formidable aussi, on oublie l'espèce de diva qu'elle pensait être un moment, ici c'est une femme marrante, qui a les pieds sur terre. 

Le film est magique, ça va à une vitesse folle, c'est très beau ! 

Il retombe tout le temps sur ses pieds, c'est plein d'inventions, plein de vitalité. C'est un peu comme "The Game" où ça serait le personnage principal qui choisirait ce qui va lui arriver et Doria Tillier, là, c'est vraiment une tornade. 

Je ne sais pas comment il va réussir pour faire meilleur que ce film-là !

"La Belle époque" : Daniel Auteuil et Doria Tillier
"La Belle époque" : Daniel Auteuil et Doria Tillier / Julien Panié / Pathé Distribution

Pierre Murat a aimé malgré un film qu'il juge très méchant

PM : "C''est un film réussi et drôle mais aussi très sombre : il est, je pense, très influencé par un auteur que j'aime énormément, Jean Anouilh, car c'est un film très méchant qui a trait à la grossièreté, c'est tout en même temps très théâtral

À part Daniel Auteuil, qui est réfugié dans le passé, ils sont tous odieux, acariâtres, au point que ce n'est qu'à la fin, pour certains, qu'ils acquièrent une légère gratitude. Et c'est très drôle en même temps

La seule réserve que j'émets, c'est peut-être au niveau de la mise en scène : ce sont des plans très rapides : je pense que Nicolas Bedos me dirait "pauvre crétin" car ils emploient effectivement un langage très imagé, mais j'aimerais bien tout de même qu'il y ait des plans qui dépassent les trois secondes". 

Sophie Avon regrette un dispositif cinématographique trop compliqué qui gâche tout... 

SA : "J'aime un tout petit mieux que "Monsieur et Madame Adelman", mais je n'aime pas du tout le film, je trouve que ça ne fonctionne pas du tout... C'est curieux car il y a des moments que j'ai trouvés pas mal, où j'ai ri, mais globalement ça ne marche pas du tout...

Nicolas Bedos essaie de capturer des choses volatiles, tenues, délicates, comme l'étincelle amoureuse, ou la mémoire mais pour capturer tout cela il va chercher un dispositif d'une complication telle que ça ne marche pas du tout... C'est compliqué à raconter, ça alourdit tout, en dépit du fait que les acteurs soient tous formidables

C'est comme essayer de faire pousser une rose sous une pièce de fonte... 

Son dispositif est tellement ficelé et artificiel que la grâce ne peut absolument pas advenir et c'est d'autant plus dommage que c'est un film sur cette idée de pouvoir aimer à nouveau, sur la durée de l'amour, sur la représentation mais, encore une fois, il a une peur du vide telle que s'il acceptait de se délester de ce dispositif, de sur-couches successives, il arriverait enfin à réaliser un film vrai". 

Nicolas Schaller est divisé et salue un film ambivalent 

NS : "Il y a une vraie envie de cinéma chez Nicolas Bedos que je trouve "très chorale", avec une forme de schizophrénie chez lui : une partie très émouvante où il réalise un hommage à son père, Guy Bedos, avec aussi la partie Daniel Auteuil / Fanny Ardant que je trouve formidable. 

Il y a un côté jeune vieux con, c'est un divertissement populaire

Mais j'aime beaucoup moins la partie Guillaume Canet / Doria Tillier où il se projette, lui, dans sa relation et cherche à exprimer la difficulté du couple, avec une grossièreté qui vire parfois à la vulgarité. On sent qu'il veut dire des vérités nues sur le couple à la Philip Roth...
Il est plein d’ambitions qui parfois ne se rencontrent pas mais qu'il compense par une envie de cinéma et des scènes vraiment réussies et belle qui ne sont pas négligeables, car touchantes et irritantes. 

Le film

► Sortie en salles le 30 octobre 2019

🎧 Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

8 min

"La Belle époque" de Nicolas Bedos : les critiques du Masque et la Plume

Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici

Nicolas Bedos, invité de "La Matinale" de France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.